février 3, 2023

Enquête express / Aéroport International d’Abidjan Difficile d’entendre les annonces des hôtesses

Photo : DR
Aéroport International Félix Houphouët Boigny, il est 20 heures, ce mardi 11 Mai 2010. Le hall d’attente grouille de monde avec les interminables allées et venues des usagers. Premier espace avant l’enregistrement pour les différents vols, le hall de l’aéroport est aussi le dernier point pour dire au-revoir aux parents et amis. La joie est perceptible sur les visages de ceux qui foulent la terre d’Eburnie-la preuve que le voyage s’est bien passé ; l’anxiété sur le visage de ceux qui doivent prendre les airs- surtout que l’actualité des nuages de fumée du volcan islandais est encore fraîche dans les esprits. Comme à l’embouchure d’un fleuve, d’ici on peut savoir qui vient au pays (en Côte d’Ivoire) et qui en sort. Et notre voisine du Hall, dans ce grouillement de monde tient à ce que celui qu’elle accompagne soit attentif. «Mon fils, il faut bien écouter les annonces sinon tu pourrais perdre ton vol», lui conseille-t- elle. Quelques minutes plus tard, la cloche de l’annonce se fait entendre. Un calme plat dans le hall d’attente et l’annonce pour l’embarquement est faite. «Les dames ou demoiselles qui lisent les annonces, ont du mal à se faire entendre. C’est difficile d’entendre les annonces si tu ne prêtes pas attention. Voilà pourquoi, avant chaque annonce, le hall devient du coup calme comme s’il n’y avait personne », nous confie-t-elle, avant les accolades d’au-revoir à son ‘’fils’’.

Les hôtesses doivent faire des efforts
Les populations ivoiriennes ne se rendent pas toujours à l’aéroport. Alors quand l’occasion leur est donnée, elles en gardent forcement un souvenir. M. Dembélé Issiaka, Ingénieur informaticien qui a bien voulu nous livrer le sien. ”Je me suis rendu à l’aéroport et lorsque l’hôtesse annonçait les arrivées, j’avais l’impression qu’elle parlait anglais. Alors je passais mon temps à demander à mon fils s’il comprenait les annonces”, confie-t-il avec un brin d’humour. Avant d’ajouter qu’il a mis ce qu’il considérait comme un dysfonctionnement sur le compte de son statut ”novice” à l’aéroport. Ce fut le même son de cloche avec M. Akassi Anoh. ”Moi je crois plutôt qu’il faut qu’elles adaptent leur voix au contexte de la Côte d’Ivoire. Parler comme si on était à l’aéroport de Roissy Charles de Gaulle, n’est pas fait pour arranger tout le monde. Vous vous êtes rendu compte que chaque fois qu’une annonce doit être faite, le hall devient du coup calme” rappelle-t-il. Comme lui, beaucoup d’usagers pensent que les hôtesses en charge des annonces doivent adapter, changer leur voix. Toutefois, pour certains usagers qui utilisent les airs pour des voyages d’affaires, le problème ne se pose nulle part. ” Une fois que je mets les pieds à l’aéroport, je me sens déjà en Europe où je mène des affaires. Pour moi, le problème d’audibilité des annonces ne se pose pas. Elles ont juste un tout petit peu l’accent des Français eux mêmes. C’est comme ça”, déclare-t-il. Toutefois, il estime que si les plaintes sont récurrentes, les hôtesses et les responsables de la gestion de l’aéroport doivent se remettre en cause. Dans la mesure où la qualité de service dans une organisation n’est rien d’autre que la perception que les usagers s’en font.

Avec le partenariat de l’Intelligent d’Abidjan / par Hyacinthe Kouakou

Tue, 18 May 2010 07:49:00 +0200

0

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience possible sur notre site Web. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies.
Accepter
Refuser
Privacy Policy