février 8, 2023

Financement de la campagne de l’adversaire de John Dramani : La mission suspecte d’Abedi Pelé à Abidjan

Nana Akufo-Addo, le candidat du New patriotic party (NPP, Nouveau parti patriotique), le principal parti de l’opposition, à la prochaine présidentielle au Ghana, a démenti, le mercredi 17 octobre dernier, au cours d’une conférence de presse, avoir obtenu du chef de l’Etat ivoirien, Alassane Dramane Ouattara, l’engagement de recevoir des fonds et des véhicules pour sa campagne électorale de décembre 2012. Le quotidien ghanéen « The True Statesman » avait révélé que le NPP avait obtenu argent et voitures de M. Ouattara qui a visiblement intérêt à ce que, John Dramani Mahama, le successeur de feu John Atta Mills, soit battu. Ce démenti n’a cependant pas estompé le grand bruit que fait cette affaire au Ghana et dans les milieux diplomatiques. Selon des sources concordantes proches du Rhdp, le mouvement politique qui soutient Alassane Ouattara en Côte d’Ivoire, « il y a effectivement anguilles sous roche ». Puisque, poursuivent ces sources, les vraies raisons de la rencontre, le mardi 11 septembre dernier à Abidjan, entre la gloire ghanéenne du football, Abedi Pelé Ayew et Alassane Ouattara seraient liées au financement de la campagne du candidat Nana Akufo-Addo. En d’autres termes, c’est au nom du candidat du NPP à la prochaine présidentielle ghanéenne qu’Abedi Pelé serait venu en Côte d’Ivoire pour être reçu par le chef de l’Etat ivoirien. Pourtant, au sortir de la fameuse audience, M. Abedi Pelé avait affirmé tout autre chose. « La semaine dernière lors de mon passage avec le président du Ghana, John Dramani, le président Ouattara a été heureux de me revoir dans la délégation et m’a demandé de savoir si je fais la politique actuellement et je lui ai dit : je ne fais pas de politique. Je suis venu en tant qu’ami de la Côte d’Ivoire. Et il m’a demandé de le rencontrer après la visite du président Dramani (…) Nous avons parlé de football, comme il aime ce sport. Nous avons parlé aussi du Ghana et de mes deux garçons qui jouent à Marseille. S’agissant du Ghana, nous avons essentiellement parlé de football et de la dernière visite du président du Ghana. Comme le président de la république est un grand fan d’Abedi Pélé, politiquement, je suis un de ses fans (…) », avait déclaré l’ancienne vedette internationale de football. Les habitués des arcanes des pouvoirs savent qu’il y a souvent un fossé énorme entre les vrais sujets de discussion et ce que les hôtes de chefs d’Etat déclarent à la presse. Selon nos sources, Abédi Pele a parfaitement mené tout le monde en bateau puisqu’il serait venu en réalité à Abidjan pour récupérer l’argent promis à l’adversaire de John Dramani Mahama. Les chefs d’Etats en Afrique et ailleurs utilisent souvent les vedettes du sport ou de la musique pour des missions où ils ne peuvent faire l’objet d’aucun soupçon. Il n’y a pas de doute que le régime Ouattara considère l’actuelle administration ghanéenne comme peu coopérative. Notamment dans sa traque contre ceux qu’il appelle les exilés pro-Gbagbo qu’il accuse de déstabiliser son régime à partir du Ghana. Il est même convaincu que le gouvernement ghanéen les soutient en cela. M. Ouattara ne serait donc pas malheureux si l’actuel régime ghanéen était balayé à la faveur de la présidentielle de décembre prochain. Car, hormis la question des exilés politiques ivoiriens, il y a celle du partage des gisements pétroliers au large des deux pays qui continue d’être une pomme de discorde. Sous le Président Laurent Gbagbo, cette question était sur le point d’être réglée de façon fraternelle, les choses semblent visiblement avoir changé avec Alassane Ouattara à la tête de la Côte d’Ivoire.

Didier Depry in Notre Voie
didierdepri@yahoo.fr

Sat, 20 Oct 2012 11:26:00 +0200

0

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience possible sur notre site Web. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies.
Accepter
Refuser
Privacy Policy