novembre 29, 2022

Le camp militaire et le commissariat d’Abengourou attaqués : Un assaillant tué, deux arrêtés

Dans la nuit de mardi à mercredi, les populations de la Cité royale ont été réveillées par des échanges de tirs à l’arme lourde. Le camp militaire et le commissariat du premier arrondissement ont été les cibles d’une attaque, du reste déjouée, selon les sources militaires et policières. Le bilan fait état d’un mort et deux blessés dans les rangs des assaillants. « A l’heure où je vous parle, la situation est sous contrôle. Nous les avons repoussés grâce à la collaboration entre les forces de sécurité. C’est d’abord à 3 heures du matin que le commissariat a été pris d’assaut par des assaillants armés, encagoulés. Puis après des échanges de tirs, ils se sont déportés au camp militaire aux environs de 5 heures du matin. Nous avons pu mettre la main sur 2 assaillants et 1 autre a trouvé la mort lors des échanges de tirs. Les autres ont pu s’échapper », a témoigné Soro Dramane, commandant de la Brigade de sécurité de l’est (Bse), joint au téléphone. Toutefois, ce dernier a ajouté que les enquêtes continuent afin de débusquer d’éventuels suspects. Quant au commissaire Atcha du premier arrondissement d’Abengourou, rencontré hier dans l’après-midi, il a expliqué que les assaillants étaient au nombre d’une dizaine, encagoulés et tous en tenues sombres, venus en direction de Niablé (une sous-préfecture située à 30 kilomètres d’Abengourou frontalière d’environ un kilomètre du Ghana voisin). « C’est aux environs de 3h qu’ils sont arrivés. La porte de mon bureau et celle du secrétariat ont été défoncées. Ils ont mis la main sur une kalach. La réaction prompte de mes éléments a permis de les repousser. J’ai donc alerté tous mes frères d’armes dont ceux du camp militaire, afin qu’ils soient en position de contre-attaque. Dieu merci, leur réaction a été payante. Je demande donc aux populations de vaquer à leurs occupations, et une franche collaboration afin de déjouer toutes les velléités d’attaques », a assuré le commissaire. Cela suffit-il pour autant à rassurer ces populations ? Pas sûr. Ces attaques ont, en effet, créé la psychose au sein des populations. Surtout que des coupeurs de route ont été aussi arrêtés deux jours avant ces différentes attaques, au niveau du village de Zamaka. « Nous étions chaque fois interpellés par les populations. Nous avons donc pris nos dispositions. Nous avons pu arrêter deux coupeurs de route, quand le troisième a réussi à s’échapper. Les deux ont été remis à la brigade de gendarmerie d’Abengourou », a confié Ouattara Bêh, alias gouverneur, militaire chargé des localités d’Apprompronou, Zamaka et Yakassé. «Qui se cache derrière ces attaques et avec quels desseins ? », s’interroge-t-on dans la Cité royale, surtout qu’en moins d’un an, c’est la deuxième fois que le camp militaire est l’objet d’attaque.

Koffi Jean Luc à Abengourou
In Le Démocrate

Thu, 23 May 2013 09:07:00 +0200

0

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience possible sur notre site Web. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies.
Accepter
Refuser
Privacy Policy