décembre 7, 2022

Le FPI accuse Ouattara de concentrer à lui seul les compétences de l’Exécutif et du Législatif

Le Front Populaire Ivoirien (FPI), le parti de Laurent Gbagbo, a accusé vendredi, le Chef de l’Etat Alassane Ouattara de concentrer à lui seul les compétences de l’Exécutif et du Législatif, dénonçant une ‘’complicité’’ de l’Assemblée nationale et une ‘’dictature’’ qui se ‘’renforce’’ sous le nouveau régime.

‘’Le chef de l’Etat concentre à lui seul les compétences de l’Exécutif et du Législatif”, écrit le FPI dans un communiqué transmis à APA dans la capitale économique ivoirienne, estimant que l’Assemblée nationale actuelle est ‘’illégitime et illégale” eu égard aux conditions de sa mise en place.

‘’En abandonnant ses prérogatives au profit de l’Exécutif, l’Assemblée nationale consacre le pouvoir personnel”, ajoute le communiqué signé par le Secrétaire général par intérim, Richard Kodjo, condamnant ‘’fermement la dictature qui se renforce sous le régime Ouattara”.

Les Députés ivoiriens ont voté, le mercredi 10 avril dernier, une loi portant habilitation du Président de la République, à prendre par ordonnance, pendant l’exercice 2013, pour l’exécution de son programme en matière économique et sociale, les mesures relevant du domaine de la loi.

Le FPI ‘’dénonce l’établissement d’un pouvoir qui s’affranchit des règles de fonctionnement normal des institutions de la République”.

‘’Cette situation donne raison à ceux qui dès le départ ont soutenu que monsieur Ouattara est un dictateur”, poursuit le communiqué en invitant les militants du FPI, sympathisants et démocrates de ‘’tous bords de demeurer vigilants”.

Pour le parti de Laurent Gbagbo, la stabilité d’un régime n’exige pas la suppression des droits et devoirs des représentants du peuple.

Par conséquent, il ‘’blâme les députés de la législature actuelle et les tient pour responsables devant l’histoire de la dictature” en Côte d’Ivoire.

‘’Le Front Populaire Ivoirien invite le Peuple de Côte d’Ivoire à la vigilance afin de ne pas se laisser abuser par ces institutions vidées de leurs substances et à la solde de ce régime anti- démocratique”, conclu le texte.

Cette loi adoptée par les parlementaires a suscité beaucoup de commentaires au sein de la classe politique et de la société civile, en dépit de sa conformité avec la constitution ivoirienne.

Le Président Alassane Ouattara avait estimé que cette loi, lui permettra d’aller vite dans l’exécution de son programme présidentiel d’urgence pour le bonheur des populations.

APA

Communiqué du FPI

Le 11 Avril 2011, monsieur OUATTARA est installé au pouvoir par la coalition Franco-Onusienne à coups de bombes. En Décembre 2011, à l’issue d’une mascarade électorale qui a recueilli moins de 15 % de taux de participation, selon les observateurs et les ONG internationales et 30 %, d’après la version de la Commission Electorale Indépendante (CEI), une Assemblée Nationale constituée dans sa quasi-totalité par les membres du Rassemblement des Houphouetistes pour la Démocratie et la Paix (RHDP), groupe auquel appartient le chef de l’Etat est installée. Cette Assemblée Nationale est dominée par le Rassemblement des Républicains (RDR), le parti dont Monsieur OUATTARA demeure encore le président en violation de l’article 54 de la constitution ivoirienne. Il faut relever par ailleurs que l’élection du président de ladite Assemblée s’est faite en violation des articles 35 et 65 de la constitution ivoirienne.

C’est dans ce contexte qu’intervient le 10 Avril 2013, le vote de la loi d’habilitation autorisant le chef de l’Etat, monsieur OUATTARA à gouverner par ordonnance c.-à-d. à prendre des mesures dans des domaines qui relèvent normalement de la compétence du parlement.

II / NOTRE ANALYSE

Le Front Populaire Ivoirien (FPI) relève que l’Assemblée Nationale de la législature actuelle est illégitime et illégale eu égard aux conditions de sa mise en place. En abandonnant ses prérogatives au profit de l’exécutif, l’Assemblée Nationale consacre le pouvoir personnel. Le chef de l’Etat concentre à lui seul les compétences de l’exécutif et du législatif. Cette situation donne raison à ceux qui dès le départ ont soutenu que monsieur OUATTARA est un dictateur. Le Front Populaire Ivoirien note que l’Assemblée Nationale vient de confirmer par ce vote de la loi d’habilitation, son illégalité, son illégitimité et son inutilité en cédant aussi facilement les raisons de son existence. Désormais, le monde entier est situé sur le mythe du démocrate Alassane OUATTARA.

III / NOTRE POSITION

Le Front Populaire Ivoirien dénonce l’établissement d’un pouvoir qui s’affranchit des règles de fonctionnement normal des institutions de la République ;

Le Front Populaire Ivoirien rappelle que la stabilité d’un régime n’exige pas la suppression des droits et devoirs des représentants du peuple ; par conséquent, il blâme les députés de la législature actuelle et les tient pour responsable devant l’histoire de la dictature dans notre pays ;

Le Front Populaire Ivoirien condamne fermement la dictature qui se renforce sous le régime OUATTARA ;

Le Front Populaire Ivoirien demande à ses militants, sympathisants et aux démocrates de tous bords de demeurer vigilants ;

Le Front Populaire Ivoirien invite le Peuple de Côte d’Ivoire à la vigilance afin de ne pas se laisser abuser par ces institutions vidées de leurs substances et à la solde de ce régime anti- démocratique.

Fait à Abidjan, le 10 mai 2013
Le Secrétaire Général par intérim & Porte-parole

Dr KODJO Richard

b[

Fri, 10 May 2013 19:56:00 +0200

0

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience possible sur notre site Web. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies.
Accepter
Refuser
Privacy Policy