février 8, 2023

Liberté pour Gbagbo ? Ouattara se prépare

Soulèvement des détenus à la MACA

« Des prisonniers se soulèvent, des gardes pris en otage, plusieurs blessés », annonce à la Une Soir Info. Ces faits se sont déroulés hier, raconte-t-il, lorsque de nouveaux gardes pénitentiaires, nouvellement recrutés allaient opérer des fouilles dans les cellules. Les prisonniers ayant reconnu parmi eux des repris de justice, des ex-éléments des FRCI, n’ont pas voulu se laisser faire. Car selon eux, ils ne sont pas des exemples. Les premiers gardes qui ont voulu forcer les choses ont été pris en otage. Trois d’entre eux ont été légèrement blessés. C’était une grosse frayeur qui en vérité n’en était pas, affirme L’Expression. Parce que les détenus qui ne voulaient pas obtempérer ont été domptés. Selon le quotidien, ils avaient réclamé les anciens gardes remplacés pour « des nombreuses complicités internes » lors des évasions. Le Nouveau Courrier a abondé dans le même sens que Soir Info. Il explique que les nouveaux gardes n’ont pas eu du mal à fouiller les bâtiments C, mais c’est chez les assimilés qu’un ex-pensionnaire de la prison a été reconnu. Celui-ci aurait écopé d’une lourde peine. Par cet acte, les prisonniers ont voulu dénoncer une « injustice », dit-il.

Sécurisation de la Côte d’Ivoire

C’est une information partagée par toute la presse. Face aux menaces de déstabilisation, des experts israéliens viennent au secours des FRCI. L’Inter informe sur leur mission. Au nombre de cinq, les hommes d’affaires et experts israéliens ont proposé de surveiller les frontières ivoiriennes avec un équipement sophistiqué dont des drones, des avions de surveillance, des ballons de surveillance à haute altitude. A en croire L’Intelligent d’Abidjan, depuis deux jours, les experts exposent leur savoir-faire aux FRCI. Un soutien que le Chef d’Etat Major Général des armées de Côte d’Ivoire, le général Soumaïla Bakayoko a reconnu à l’Etat israélien. Cet apport sera une bouffée d’oxygène pour lui. Car Nord-Sud Quotidien estime que le système des FRCI qu’il dirige est en panne. « Les services de renseignement peinent à tourner à plein régime ». En effet, les renseignements généraux sont accusés par un officier supérieur d’être à la base des échecs des FRCI parce que ne fournissant pas les bonnes informations. Le Nouveau Courrier, lui, dit que Ouattara se confie aux Israéliens pour être indéboulonnable et il entend y mettre le prix, car il prend au sérieux les risques de son déboulonnemment.

Gbagbo en liberté provisoire ?

Possible, à en croire Boga Sako Gervais, président de la Fondation ivoirienne des droits de l’homme et la vie Politique (FDHOP), dans Le Temps. Il indique que parce que Laurent Gbagbo est un Président de la République qui a été régulièrement élu au suffrage universel, qu’il est désigné co-auteur des crimes qui lui sont imputés, que les pires criminels et assassins sont en Côte d’Ivoire et que la justice mondiale doit s’affirmer et affirmer son indépendance, il doit être libéré. Déjà la CPI se prononce ce vendredi prochain sur sa liberté provisoire demandée par ses avocats en attendant l’audience du 30 octobre 2012, informe le Nouveau Courrier. Quant à Aujourd’hui, il publie à nouveau une interview de Laurent Gbagbo du 17 octobre 2011, de sa prison de Korhogo, dans laquelle il disait « je peux me sortir d’ici ». Toutes ces déclarations, Le Patriote n’en a que faire. Une chose est certaine pour lui. C’est que la prophétie de « la guerre des 77 jours » annoncée par certains proches de Gbagbo a expiré et « Gbagbo est toujours à La Haye, Ouattara encore au pouvoir ». Cette guerre, précise t-il, devrait s’achever le 22 octobre avec la chute du régime Ouattara.

La Côte d’Ivoire a sa compagnie aérienne

« Air Côte d’Ivoire, enfin le décollage », s’exclame Fraternité Matin. La compagnie aérienne a présenté ses deux avions (Airbus A319) au Président Ouattara. Le premier vol est pour le 12 novembre. Si Ouattara a dit que « nous sommes sur la bonne voie. Nous avons opté pour la performance et nous restons dans cette dynamique », à en croire L’Expression, L’Intelligent d’Abidjan avertit la compagnie qu’elle n’a pas droit à l’erreur: « Echec interdit », écrit-il à la Une.

Par César DJEDJE MEL in linfodrom.com

Wed, 24 Oct 2012 14:44:00 +0200

0

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience possible sur notre site Web. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies.
Accepter
Refuser
Privacy Policy