décembre 7, 2022

Licenciements à la CEI et à la RTI / La Centrale Humanisme attaque ! “C’est trop fort et illégal”, selon Soro Mamadou

Les travailleurs de Côte d’Ivoire peuvent compter sur la Centrale syndicale Humanisme pour la défense de leurs intérêts. Regroupant les syndicats des secteurs formels et informels, la structure dirigée par Soro Mamadou se veut un défenseur attitré des organisations et individus membres. C’est en cela qu’elle fait de la situation des 415 agents licenciés à la Commission Electorale Indépendante (CEI) une préoccupation majeure. Saisie, la Centrale Humanisme s’est mise dans une position de soutien ferme aux victimes de cette mesure. Son appel à l’endroit de la machine électorale est sans équivoque. « Je dois interpeller Youssouf Bakayoko, le président de la CEI. Il a procédé au licenciement de plus de 400 agents. C’est trop fort. Ça, c’est pour le sentiment. Pour les arguments scientifiques, je dirai que c’est illégal. En pareille situation, il faut un préavis », rappelle Soro Mamadou. Ajoutant qu’après deux années de contrat à durée déterminée (cdd), les camarades avaient normalement droit à un passage en contrat à durée indéterminée (cdi). Hélas, la décision est tombée! La pilule est d’autant plus dure à avaler que le premier camarade d’Humanisme trouve inappropriée sa période d’occurrence. « Nous sommes dans une situation de réconciliation. Ce sont des camarades qui ont travaillé pour que le processus de réconciliation soit. Qu’il dégage les moyens pour au moins les remercier. Mais, qu’on ne les jette pas comme des oranges qu’on a fini de sucer », dixit Soro. Comme dédommagement, chaque agent a perçu 400.000 FCFA. Une somme jugée dérisoire par la Centrale Humanisme. Et pour cause. Les 400.000 FCFA, rappelle-t-il, devraient, au regard de la loi, représenter les salaires d’avril et de mai. « Parce que, explique le n°1 de la Centrale, quand tu veux licencier quelqu’un, il faut lui donner un préavis. Ils leur doivent 200.000 pour le mois d’avril, et 200.000 pour mai. Après, ils peuvent ajouter leur 400.000 de forfait, ça fera alors 800.000FCFA ». Mieux, Soro Mamadou estime, sur la base des dossiers, que la Cei doit remettre à ces camarades au moins 5 millions FCFA. La Centrale a également pris à bras le corps, le problème d’agents de la RTI placés sur la liste de licenciement. En l’occurrence, Berthé Siaka, Kouassi Aya virginie et Kouadio Yao. « Ce sont des syndicalistes protégés par la loi. Qu’Aka Sayé Lazare arrête leur procédure de licenciement », exige-t-il, fermement.

MARTIAL GALE in Le Mandat

Tue, 22 May 2012 00:27:00 +0200

0

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience possible sur notre site Web. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies.
Accepter
Refuser
Privacy Policy