février 4, 2023

Patriotes ivoiriens, réveillez-vous!

Le pire qui pourrait arriver à la Côte d’ivoire est que la lutte pour recouvrer les libertés d’expression, de circulation, d’opposition à l’indicible s’arrête en rase campagne. Croire que la situation qui prévaut dans le sanctuaire du rattrapage ethnique est une normalité et l’accepter sans affronter ses différents auteurs est un abandon que les générations actuelles puis à venir auront du mal à comprendre.
Ce n’est pas parce que les esclavagistes n’en parlent plus dans leurs médias que la Côte d’ivoire est une terre des équilibres, de la démocratie et du libre-arbitre. Subitement, les soudards Wattao, Chérif Ousmane et Tuo Fozié ne sont pas devenus des personnes respectables à tous points de vue ; ils commettent toujours des exactions sur la population ivoirienne qui est en train de se laisser endormir par les propos mielleux de la France des coups bas.
En France bien sûr, tout criminel est poursuivi et condamné selon les lois en vigueur. Yvan Colonna, assassin du préfet Erignac a été définitivement reconnu coupable pour l’acte qu’il a commis sur le territoire français. Il y a bien eu un commencement en Côte d’ivoire; il y a bien eu la rébellion qui a tué des dizaines de milliers de personnes dans notre pays.
J’accuse Ouattara.
J’accuse ceux qui lui ont donné les armes pour venir tuer Boga Doudou.
Acceptez que je parte sur les plate-bandes de ce langage propre à mes compatriotes ivoiriens; permettez que je dise: c’est ça qui est la vérité! Ce n’est pas parce que, assis à Paris les politiques français ont ordonné que nous devons accepter.
Ce n’est pas parce que Libération, le Monde, la Croix, Ouest-France… tous, quotidiens français défendant les intérêts machiavéliques de leur pays ont, dit et écrit que Alassane Dramane Ouattara est respectable que nous qui connaissons ce dernier devrions dire Amen. Nous ne dirons pas Amen à tout. Nous dirons Amen lorsque nous serons persuadés, après réflexion, que cela en vaut la peine. Aux crimes, aux viols, aux vols, à la confiscation de notre liberté par le couple de voyous Alassane et Dominique Ouattara, la France ne peut nous demander d’applaudir. Jacques Chirac et ses parents ont-ils applaudi aux conneries d’Hitler? Que ceux qui ont des oreilles entendent.
Tout criminel doit être jugé. A défaut, il doit répondre de ses actes autrement. Comment peut-on protéger une ordure telle que Ouattara ?
Laisser faire aujourd’hui sans rien dire et sans rien faire, c’est ouvrir la porte à d’autres dérives dans le futur. Si les criminels sont si fréquentables, pourquoi est-ce que les Européens les mettent-ils sous les verrous ? Si les tueurs en série et, Alassane Ouattara en est un, sont si bons, pourquoi les Américains les traquent-ils jusque dans leurs derniers retranchements?
L’heure est venue de crier, d’aller au-devant, d’aller affronter s’il le faut tous ceux qui ont décidé de bannir de notre quotidien notre très chère liberté. Des exemples de lutte, en voulez-vous? Qu’ont fait les Français face à Hitler? Qu’ont fait les Algériens face aux Français? Qu’ont fait les Zimbabwéens face aux occupants anglais ? Certains disent de manière poétique que l’argent n’a pas d’odeur. Poétiquement, je dirais que les armes qu’on doit utiliser pour recouvrer la liberté n’ont pas d’état d’âme. Quant à la morale, elle commande que nous brisions les chaînes qui nous empêchent d’être libres dans notre propre pays. Tandis que l’intoxication avait atteint son point culminant contre les positions patriotiques ivoiriennes, Ouattara et ses nazifiants copains de la rébellion se voyaient ceints de couronnes démocratiques. En lieu et place des diadèmes de sang d’innocents qu’ils auraient dû porter.
Patriotes ivoiriens, ce qui est dit est dit. Réveillez-vous avant qu’il ne soit tard.

Athanase Zokou.

Wed, 18 Jul 2012 04:59:00 +0200

0

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience possible sur notre site Web. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies.
Accepter
Refuser
Privacy Policy