novembre 30, 2022

Présidentielle 2010 / Laurent Gbagbo aux Ivoiriens : ‘’Que ceux qui ont choisi l’indépendance viennent à moi’’

Photo : DR
En présence du Pr Mamadou Koulibaly, président de l’Assemblée nationale et des cadres de la région, Laurent Gbagbo a insisté sur les enjeux de l’élection présidentielle du 31 octobre 2010. « On est quatorze candidats, mais ce n’est pas une élection entre des candidats. C’est une élection entre deux lignes, ceux qui veulent que la Côte d’Ivoire soit un pays souverain, indépendant et digne et ceux qui veulent que la Côte d’Ivoire soit soumise à d’autres puissances. C’est ce que nous allons choisir le 31 octobre et c’est pourquoi on nous a fait la guerre le 19 septembre 2002. Si j’avais, en tant que Bété, donné la Côte d’Ivoire aux puissances extérieures pour qu’ils gouvernent à notre place, ils ne nous auraient pas fait la guerre. Ce n’est pas une affaire d’ethnie, cela regarde l’indépendance ou non. Je suis pour l’indépendance de la Côte d’Ivoire, je me bats pour l’indépendance de la Côte d’Ivoire. C’est pourquoi je dis à tout le monde que je suis candidat pour les Ivoiriens et par les Ivoiriens (…) Les élections qui arrivent, ce n’est pas le choix des hommes, ce n’est pas un choix entre Gbagbo et un tel. C’est un choix qui est très clair entre l’asservissement de notre pays et l’indépendance de notre pays. Moi, j’ai choisi l’indépendance, que tous ceux qui ont choisi l’indépendance viennent à moi (…) Il ne s’agit pas d’avoir un drapeau et de chanter l’Abidjanaise, mais plutôt de faire ses choix soi-même et de les assumer avec ses propres moyens », a indiqué le chef de l’Etat. Devant ses frères du canton Paccolo, un rassemblement de 24 villages, Laurent Gbagbo a égrené quelques tâches essentielles de son programme de gouvernement, dont la mise en œuvre a été interrompue par la crise que traverse la Côte d’Ivoire, depuis huit ans. Il s’agit entre autres, de la construction d’écoles dans chaque village de la Côte d’Ivoire dont l’accès sera gratuit et obligatoire, de l’assurance maladie, dont la loi a déjà été votée, de l’équipement des centres de santé en ambulance, de l’accès des populations rurales à l’eau potable et à l’électricité. Mieux, Laurent Gbagbo propose aux Ivoiriens de mettre en place un système de prélèvement de taxes à l’effet de créer une caisse sociale pour le monde agricole. « C’est ce que les Européens ont depuis longtemps, c’est ce que les Américains viennent d’avoir aujourd’hui avec Obama. Nous avons beaucoup de choses à faire pour rendre les Ivoiriens libres, indépendants (…) Il faut donner les moyens aux Ivoiriens de se retrouver devant un infirmier ou un médecin (…) Tant que tu ne peux pas maintenir l’homme en bonne santé, toute ta politique est nulle (…) Quelqu’un qui cherche l’indépendance pour lui-même sait ce comporter », a souligné le candidat de la majorité présidentielle. La vente des terres, un problème récurrent dans la région. L’une des pratiques très prisées dans la région de Gagnoa, c’est assurément la vente des terres à des tiers. Laurent Gbagbo n’a donc pas manqué de désapprouver cette pratique. « C’est à cause de la terre qu’on se bat. On ne donne pas la terre comme ça à quelqu’un pour 100.000 FCFA ou 200.000 FCFA. C’est la terre qui est à l’origine de toutes les révolutions au monde. Si vous vendez la terre, qu’est-ce que vous avez ? Vous n’avez rien ! (…) Si tu as vendu ta terre et qu’après tu viens me trouver pour me demander de chasser celui à qui tu as vendu cette terre, c’est injuste. Soyons justes pour que Dieu nous bénisse », a conseillé Laurent Gbagbo. Avant de quitter ses hôtes, le Président de la République a annoncé l’érection de Dougloupalégnoa en chef-lieu de sous-préfecture et a procédé à la coupure du ruban de la construction de la Cantonale, une route qui va relier Gagnoa à Sassandra, en passant par Dougloupalégnoa

O.Dion

Encadré

Dernière heure / Gbagbo change son slogan de campagne
Gbagbo et ses politologues sont sortis du «labo» avec un autre tout nouveau concept. Tout aussi plein de sensation et d’émotions. Après «on gagne ou on gagne» et «y’a rien en face» des slogans les plus harangueurs et parfois provocateurs, Gbagbo et sa troupe de campagne lancent un nouveau slogan: «allons-y». A 41 jours de l’élection présidentielle. C’est un concept plein de confiance que s’inspire La Majorité Présidentielle afin de favoriser l’adhésion totale du peuple ivoirien. Et qui va certainement susciter la controverse dans le camp de l’opposition. Des sources bien introduites révèlent que ce slogan renferme trois messages forts pour assurer une victoire écrasante au candidat-Président, Laurent Gbagbo. Le premier message : « allons-y » aux élections. Pour rabattre le caquet aux sceptiques qui croient encore que Ggagbo n’est pas encore prêt pour aller aux élections, ou pour affronter Bédié et Ouattara. Ce message appelle donc à la mobilisation. Deuxième message : « allons-y » avec Gbagbo qui veut dire clairement que le bon choix est le candidat de La Majorité Présidentielle. Et qu’il est le chemin qui conduit au bien-être de son peuple pour sa fidélité qui n’ jamais fait défaut, soutient la même source. Troisième message : « allons-y » pour la victoire de Laurent Gbagbo. Une prémonition ? Nous ne saurons l’affirmer avec exactitude. Mais selon les concepteurs de ce slogan qui renferme des messages qui naturellement sont des mots d’ordre de campagne, ce troisième message est annonciateur d’un triomphe et d’un couronnement après tant d’incertitudes. Face aux réels enjeux qu’il nourrit pour la Côte d’Ivoire, Laurent Gbagbo et son parti innovent avec ce slogan plus accentué et plus engagé. Toujours selon les mêmes sources, plus de 500 panneaux 12 m² ont été commandés pour mieux vulgariser ce tout nouveau slogan sur toute l’étendue du territoire national. Nous y reviendrons

NM

Avec le partenariat de l’Intelligent d’Abidjan

Mon, 20 Sep 2010 11:48:00 +0200

0

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience possible sur notre site Web. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies.
Accepter
Refuser
Privacy Policy