décembre 9, 2022

Politique de proximité / Visites à la Casse et au Black-market : Des jeunes prennent Alassane Ouattara en otage / Un apprenti “Gbaka” tué

Photo : DR
Alassane Ouattara a été accueilli sous le coup de 14 h 30 à son arrivée à la ‘‘Casse’’ d’Abobo par plusieurs militants et sympathisants. Pendant que certains scandaient ‘‘Ado président’’, d’autres criaient ‘‘Gbagbo a chaud’’. La grande mobilisation autour du véhicule a empêché l’ex-premier ministre de descendre de son véhicule afin s’imprégner des problèmes auxquels sont confrontés les vendeurs de pièces détachées. Pour communier donc avec ses hôtes, Alassane Ouattara du toit de sa voiture et à l’aide d’un mégaphone disait ‘‘merci beaucoup’’ à ses sympathisants. Ces derniers l’ont accompagnés d’Anador jusqu’à l’usine Trituraf. Pour rallier Adjamé, l’ex-directeur général adjoint du Fmi et sa délégation composée de plusieurs personnalités dont le ministre Hamed Bakayoko, a emprunté la voie d’Attécoubé. Arrivé devant la grande mosquée de la commune du maire Youssouf Sylla, il a vécu la même ambiance qu’Abobo. Une cohorte de jeunes a entouré son véhicule. Le candidat du Rdr a pu cette fois-ci descendre de sa voiture pour saluer certains commerçants. Un espace avait été aménagé au beau milieu du Black market pour une rencontre avec les porte-paroles des commerçants. Ces échanges n’ont pu avoir lieu d’autant plus de nombreux jeunes et de femmes avaient pris d’assaut ledit espace. Toute chose qui a poussé Alassane Ouattara à se limiter à des salutations. Avant de mettre le cap sur Cocody-Attoban. Là bas, le candidat du Rdr a demandé aux différentes familles visitées de lui accorder leurs suffrages aux prochaines élections. « Tous nos frères ivoiriens sont persuadés maintenant que les élections auront bien lieu le 31 octobre 2010. C’est le jour où il faudra prendre de grandes décisions. J’ai décidé de venir rendre visite à des familles pour leur dire que je suis candidat », confia le mentor des Républicains. Lors de son passage dans les familles qu’il a visitées, il a fait savoir qu’il est le candidat de tous les Ivoiriens et non d’une ethnie donnée. « Je viens demander votre soutien sans tenir compte de la couleur politique de qui que ce soit. Parce qu’il s’agit de la Côte d’Ivoire. Je suis né à Dimbokro, je ne connais pas le tribalisme. Je vais m’occuper de tous les Ivoiriens sans distinction. Parce que la Côte d’Ivoire a besoin d’être rassemblée. Qu’on mette derrière nous, les querelles et la crise qu’il y a eue. Qu’on travaille dans la paix », a dit Alassane Ouattara. Après des doléances faites par la famille Zaïbo lors de sa visite, le candidat des Républicains a promis aux habitants d’Attoban la construction d’un centre de santé et d’une maternelle dans les jours à venir. « Ce n’est pas une promesse politicienne, dès à présent je peux vous dire que nous allons régler le problème du centre de santé, prendre en compte le problème du lycée et dégager les moyens qu’il faut pour l’école maternelle », a-t-il promis. Parlant de la crise qui mine l’école ivoirienne avec la pléthore des étudiants dans les campus universitaires et les amphithéâtres, le Docteur Alassane Dramane a dénoncé l’insouciance des Refondateurs. « Je suis surpris que depuis 10 ans ceux qui sont aux affaires en tant qu’enseignants n’aient pu construire une seule université. En trois ans j’ai construit les universités d’Abobo-Adjamé et de Bouaké », s’inquiéta-t-il. Pour résoudre la question du chômage en Côte d’Ivoire, Ado propose la relance de l’économie. « Pour résoudre le problème du chômage, il faut relancer l’économie. La croissance de notre économie est de 1,3% alors que celle de la population est de 3,5 à 4%. Il faut mettre en place une politique économique qui va croître de 7, 8, 9 ou 10%. J’ai relancé l’économie de grands pays africains et de plusieurs pays hors du continent. J’ai donc une expérience à offrir à mon pays », rappelle le Premier Ministre Ado

T.Abdoulaye et Koné Y

Encadré

Un apprenti-gbaka tué
Le carrefour Banco qui abrite la «Casse» de la commune d’Abobo était en ébullition pendant plus de deux heures le samedi 18 septembre 2010. La raison : le décès brutal et tragique d’un apprenti-gbaka qui a reçu en pleine tête une balle d’un policier en civil avec qui, il a eu une altercation peu après le passage du cortège du président du RDR, le Dr Alassane Ouattara. Maintes fois décriée, la gâchette facile des Forces de Défense et de Sécurité vient d’endeuiller à nouveau la famille des acteurs du transport routier ivoirien. La victime de cette énième bavure policière est un apprenti-gbaka dont nous n’avons pu avoir l’identité. Selon des informations concordantes recueillies sur place, tout est parti d’une altercation entre un policier en civil et la victime peu après le départ quelque peu forcé de la casse d’Abobo-Anador du président du Rassemblement des Républicains (RDR) Alassane Ouattara. Lors de la bousculade de militants voulant tous communier avec leur idole arrivé sur le site par surprise et sans le déploiement d’un dispositif sécuritaire approprié, l’infortuné apprenti gbaka qui exerce par moment l’activité de ferrailleur et de mécanicien sur ce même site heurte sur son passage celui qui deviendra peu après son bourreau. L’agent des FDS en civil. Mécontent d’avoir été cogné par ce militant ‘’fou’’ d’avoir vu ADO qu’il appelle ‘’Nagama’’, le policier le retient tout en exigeant explications et excuses. Ce que le jeune qui avait manifestement rendez-vous avec la mort, refuse. L’explication tourne donc au pugilat. Le policier sort alors son arme et ouvre le feu. A bout portant, l’apprenti-gbaka est atteint à la tête. L’une des balles lui ouvre le crâne. Aussi rend-t-il l’âme sur le champs. Indignés par cette bavure, ces camarades organisent la riposte et prennent en otage le policier. Séquestré par une foule en furie, son arme de poing lui a été arrachée. Avant de recevoir de nombreux coups d’arme blanche (couteau). Quoi qu’il ait échappé à la mort en raison de l’intervention in extremis des éléments du camp commando d’Abobo et ceux de la section anti-émeute du Cecos et de la CRS, il est sorti de sa séquestration, gravement blessé. D’où son transfert d’urgence à l’hôpital militaire d’Abidjan où il a reçu des soins intensifs. Avant l’intervention des responsables des unités de sécurité d’Abobo, la voie Abobo-Adjamé par l’autoroute a été fermée. En signe de solidarité, tous les gbaka avaient arrêté le service. Et c’est à 20 heures que les activités de transport ont repris sur l’axe. Les services de la préfecture de police d’Abobo ont refusé de livrer l’identité du policier-tueur. Toutefois, notre source a précisé que le corps de l’apprenti chauffeur est aux mains de la Police pour, «l’autopsie afin de déterminer les circonstances réelles du décès». Notons que la récupération du corps a donné lieu à une véritable ‘’intifada’’ entre riverains de la Casse et policiers

MTT

Avec le partenariat de l’Intelligent d’Abidjan

Mon, 20 Sep 2010 11:39:00 +0200

0

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience possible sur notre site Web. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies.
Accepter
Refuser
Privacy Policy