février 3, 2023

Réconciliation plombée, arrestations et détentions … Banny critique la gouvernance de Ouattara

«Nous disons que tout doit concourir à la réconciliation, dans le respect des valeurs républicaines et dans le respect de la nécessité d’assurer le bien-être des Ivoiriens et la sécurité de l’Etat. Mais, la gouvernance intelligente est importante». Ces propos ne sont pas ceux d’un pro- Gbagbo qui en voudrait à Alassane Dramane Ouattara. Ils ont été prononcés par une tête forte du régime qui nous gouverne depuis le 11 avril 2011 de triste mémoire. Le président de la Commission dialogue, vérité et réconciliation, Charles Konan Banny, puisque c’est de lui qu’il s’agit, a prononcé ces phrases terribles, mercredi dernier, sur les antennes de la radio Onuci-Fm. Il venait d’avoir un long entretien avec le représentant spécial du Secrétaire général de l’Onu en Côte d’Ivoire, Bert Koenders. Et pour bien montrer que sa langue n’a pas trahi sa pensée, le patron de la Cdvr a tenu à rappeler qu’il y a quelques jours un de ses conseillers avait dit tout le mal qu’il pense de la façon dont les affaires de l’Etat sont gérées sous Ouattara. « La commission, par l’intermédiaire de l’un de mes porte-parole, s’est inquiétée de ce que les esprits commencent à s’échauffer», a notamment déclaré M. Banny. On se rappelle, en effet, qu’il y a quelques jours, l’un des conseillers de Charles Konan Banny, Karim Ouattara, avait dénoncé les arrestations cavalières des pro-Gbagbo sans motifs valables et en violation flagrante de toutes les procédures en vigueur. La sortie de Banny, qui dans un premier temps avait laissé parler un second couteau, montre au moins deux choses. La première, c’est que visiblement l’homme semble insatisfait, malgré le coup de gueule de son collaborateur. Il a donc jugé nécessaire de montrer personnellement au créneau avec quelques jours d’intervalle pour bien monter que non seulement il partage les propos de son conseiller, mais qu’en plus, il souhaite qu’on en tienne compte. Ce qui malheureusement n’est pas encore le cas. Puisqu’un Inspecteur des impôts a été enlevé, récemment, en plein service par des hommes armés proches de l’ex-chef de guerre, Koné Zakaria, qui l’accusent de tout et de rien. La deuxième chose que montrent les récriminations de Charles Konan Banny, c’est qu’au sein du régime Ouattara, des divergences apparaissent de plus en plus clairement sur les méthodes de gouvernance. Et la loi du silence imposée jusque-là aux différentes factions du pouvoir au nom de la «solidarité gouvernementale et de l’alliance politique » commence à prendre de l’eau de toutes parts. De plus en plus de cadres et de militants de base du Rhdp, la coalition au pouvoir, se plaignant ouvertement des dérives tribales et brutales de leurs amis du Rdr. Cependant, le seul regret qu’on peut ressentir après avoir écouté M. Banny, c’est qu’il n’ait pas eu le courage de tirer les conséquences de son constat en rendant courageusement son tablier. Ce qui fait que pour bon nombre d’Ivoiriens, ses complaintes sonnent comme des appels du pied pour accroitre sa ration. Et c’est dommage.

Guillaume T. Gbato in Notre Voie

gtgbato@yahoo.fr

Mon, 16 Jul 2012 07:55:00 +0200

0

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience possible sur notre site Web. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies.
Accepter
Refuser
Privacy Policy