janvier 21, 2022

Un journaliste de showbiz est-il réellement un journaliste culturel ?

Je vais être franc avec certaines personnes qui n’arrivent pas à comprendre que la promotion de la culture d’un pays ne se limite pas uniquement au showbiz. Je veux dire parler seulement musique.
La musique ne saurait être la seule vitrine de l’identité culturelle d’un pays.
Je vais être explicite. Bien d’acteurs culturels, et surtout de journalistes tournent tous leurs actions culturelles autours de la musique comme seule expression culturelle. Quelle limite malheureuse !
Je ne viens pas en donneur de leçon ou en moralisateur. Je voudrais simplement poser le problème afin que chacun se fasse une idée pendant qu’il est temps.
Il est bon de savoir que le showbiz n’est qu’un volet (un angle) de la culture. Ce qui veut dire que la notion de culture est très vaste dans son entièreté.
Dire fièrement et de façon ostentatoire que l’on promeut la culture sous-entend que l’on maîtrise tout ce qui entoure le milieu.
Faire la promotion de la culture, c’est connaître la littérature, les gens du livre ( écrivains, maisons d’éditions) d’un pays. C’est aussi maîtriser les sites touristiques. C’est connaître la chaîne de l’hôtellerie du pays. C’est se documenter davantage pour maîtriser tous les aspects autour du sujet.
Se limiter à des ”petits écrits” de suppositions et des comptes rendus ni tête ni queue, ce n’est pas cela faire la culture.
Un journaliste culturel qui n’a jamais visité un site culturel, ni ne maîtrise la chaîne de l’hôtellerie du pays, c’est à revoir honnêtement.
<< Je suis journaliste culturel, je dois être en mesure d’expliquer au public pourquoi l’on monte sur les caïmans sacrés de Sabou sans crainte; je dois être en mesure d’expliquer au public l’historique de la conservation d’un outil, etc>>.
Je suis désolé, mais il va falloir qu’ensemble nous fassions l’effort d’aller au-delà du bling bling pour poser de vrais sujets relatifs à la promotion de notre culture et de tous ses acteurs : Écrivains, Artistes musiciens, Peintres, Sculpteurs, Hôteliers, Restaurateurs. C’est ainsi que l’on valorise la culture d’un pays.
Cela doit être clair : Je suis journaliste de showbiz d’accord. Mais je suis journaliste culturel alors que je ne connais pas le nom d’un seul auteur burkinabè, ni un sculpteur encore moins un peintre, alors là, l’honnêteté intellectuelle doit nous habiter.
Les écrivains doivent aussi sortir de leur mode traditionnel d’expression pour s’affirmer librement, car le monde est évolutif. Il faut s’adapter au contexte du moment.
Comme on le dit la littérature est l’âme de la civilisation d’un peuple. C’est delà que vient le changement.
Chers amis, je viens en paix !
Kouma Bana
Hamidou ZONGA

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience possible sur notre site Web. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies.
Accepter
Refuser
Privacy Policy