novembre 28, 2022

Abobo-Baoulé / Alassane Dramane Ouattara aux Atchan : ‘’Je ne réponds pas aux mensonges’’

Photo : DR
De retour de son pèlerinage dans les villes de l’intérieur de la Côte d’Ivoire, le Docteur Alassane Dramane Ouattara a voulu marquer un arrêt pour solliciter la bénédiction des chefs Atchan, à quelques jours de l’ouverture officielle de la campagne électorale. « Je viens me présenter à vous et vous dire que je suis effectivement candidat à la présidentielle. Je viens me présenter à vous pour vous dire qu’Alassane Dramane Ouattara est un homme de paix. Je suis contre la violence. Je n’ai que de l’amour dans mon cœur et de l’amour pour tous les Ivoiriens », a-t-il dit. Tout en ressassant les épreuves douloureuses qu’a connues le pays, le candidat du RDR s’est dit être une victime des accusations faites sur sa personne quant à ses liens avec la guerre. « Qu’est-ce qu’on n’a pas dit sur moi. Je ne réponds pas au mensonge. La vérité est que la Côte d’Ivoire ne devrait pas connaître cette guerre. Au départ, c’est le Général Gueï qui a été accusé et par la suite assassiné. Le suivant était le Président Blaise Compaoré, qui était présenté comme le parrain de la rébellion. Il a fallu quelques temps après pour qu’il soit le médiateur de l’accord de Ouagadougou. Idem pour la France. Et maintenant Alassane Ouattara. Il y a eu tellement de parrain, que l’on se demande où se trouve le vrai parrain», s’est-il interrogé. Pour tourner définitivement cette page sombre, Alassane Ouattara entend mettre l’accent sur la réconciliation des Ivoiriens, qui passe nécessairement par la contribution des chefs. Le président du RDR dit être le remède à tous les maux des Ivoiriens. « J’ai fait toutes les régions de la Côte d’Ivoire et j’ai vu des Ivoiriens qui souffrent», a-t-il relevé et d’indiquer qu’il est «la solution pour les Ivoiriens». Selon lui, son expérience constitue une arme pour reconstruire la Côte d’Ivoire. « Je vais trouver les moyens pour les réaliser. J’ai eu l’habitude de le faire pour les grands pays. Et ces moyens vont provenir de l’intérieur de la Côte d’Ivoire », a-t-il confié. Poursuivant, le mentor du RDR s’est offusqué des différenciations faites entre les candidats. « Je suis choqué quand j’entends dire qu’il y’a des candidats des Ivoiriens et des candidats de l’étranger. Tous les 14 candidats sont tous des Ivoiriens, parce qu’ils ont été approuvés par la Cour constitutionnelle », a-t-il-décrié à l’assemblée. Au peuple Atchan, Alassane Ouattara a dit avoir des solutions pour les problèmes qui minent leur quotidien. Notamment celui des litiges fonciers et de la salubrité. Aussi, Alassane Ouattara promet-il d’adopter des reformes pour la revalorisation des chefferies en Côte d’Ivoire, parce que lui-même descendant de l’empereur Sékou Ouattara du royaume de Kong. Dans son programme, le candidat du Rassemblement des Républicains prévoit des mesures d’extensions du réseau électrique pour résoudre le problème de délestage. « Je crois beaucoup en ces élections, et je pense que les Ivoiriens seront guidés», a-t-il exprimé. Car selon lui, le choix du président dépend de Dieu et chacun à son destin. Le candidat du RDR a offert 60 bouteilles de liqueurs aux 60 chefs Atchan en plus d’une somme de 1.500.000 F Cfa.

N.M

Encadré

Qui est le vrai père de la rébellion
Alassane Dramane Ouattara à deux jours de son investiture en sa qualité de candidat à la présidence de la république a voulu marquer un arrêt de sa campagne pour remettre son sort entre les mains de la notabilité Atchan à Abobo-Baoulé et de façon indirecte entre celles de Dieu. « Le choix du président, dépend de Dieu », a-t-il soutenu et d’ajouter que « chacun a son destin ». Histoire de dire qu’il croit au destin et que la vie ne peut se construire par un jeu de hasard. Car, « c’est Dieu qui trace le destin », soutient-il tout en souhaitant ne pas s’écarter de cette vérité divine qui s’impose à tous. En venant se confier aux chefs Atchan, ADO avait à cœur de se mettre non seulement sous la protection de cette autorité coutoumière mais aussi et surtout demander la bénédiction de ses honorables chefs qui lui ont réservé un accueil des plus chaleureux. « Je crois beaucoup en ces élections et je pense que les Ivoiriens seront guidés », a-t-il souhaité. Des propos empreints d’espérance et de conviction. Le Président des républicains profitera de cette ambiance sympathique pour répondre à certaines accusations qui ont longtemps pesé sur sa tête. Il s’agissait pour lui de lever un coin de voile sur sa supposée accointance d’avec l’ex-rébellion. « Au départ, c’est le Général Guéï qui a été accusé… par la suite Blaise Compaoré, idem pour la France et maintenant Alassane Ouattara», s’est-il- indigné. Le chef des républicains, à l’en croire, dit ne pas être concerné par toutes ces accusations. Et d’ironiser en s’interrogeant : « Qui est le vrai père de la rébellion»? Cette fois-ci, le candidat Ouattara est décidé à mettre les pieds dans le plat en relançant le débat sur la paternité de la rébellion ivoirienne à 18 jours du 31 octobre. Et l’on rêve sans trop y croire d’un coup d’épée magique qui ferait sauter le verrou de Laurent Gbagbo. L’épreuve de vérité est alors engagée.

Patrice Pohé

Avec le partenariat de l’Intelligent d’Abidjan

Wed, 13 Oct 2010 02:42:00 +0200

0

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience possible sur notre site Web. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies.
Accepter
Refuser
Privacy Policy