décembre 4, 2022

Précampagne électorale / Mabri Toikeusse prévient : ‘’S’il y a des troubles à Yopougon, le maire sera l’un des auteurs’’

Photo : DR
Toutefois, il n’a pas été tendre avec le maire de Yopougon. « Nous sommes à Yopougon et la Zone industrielle comme la zone industrielle de Vridi ne propose plus d’emploi. Yopougon est devenue autre chose. Yopougon a tout perdu. Là est le résultat des promesses. Si tout marche bien à Yopougon, pourquoi, le maire de yopougon se sent obliger de dire qu’il connait chez ceux qui vont voter ? S’il y a des troubles à Yopougon, le maire sera l’un des auteurs », a-t-il prévenu. Cet avertissement est guidé selon le président de l’UDPCI par le poids de cette commune en Côte d’Ivoire. « Qui a gagné les élections à Yopougon, a gagné à Abidjan et qui a gagné à Abidjan, a gagné en Côte d’Ivoire », a-t-il révélé. Avant d’interpeller les FDS (Forces de Défenses et de Sécurités) à être au service des populations plutôt que des politiques. « Je voudrais dire aux FDS, l’armée, c’est certes la discipline mais n’acceptez pas les missions qui peuvent compromettre votre avenir et l’avenir du pays. Tôt ou tard, chacun de nous aura à s’expliquer », a-t-il dit. Saluant donc la police et la gendarmerie pour leur loyauté dans l’organisation dudit meeting, Mabri Toikeusse s’est offusqué que la police de Dabou ait refusé d’assurer sa sécurité alors qu’il y était en meeting. « Je voudrais inviter chaque ivoirien à faire son travail en toute loyauté sans zèle. J’ai pitié et j’ai honte quand simplement à Dabou, la police était à escorter Blé Goudé alors qu’elle refusait d’assurer la sécurité à mon meeting », a-t-il exprimé. Poursuivant, il a fustigé « l’école gratuite », projet de son adversaire Laurent Gbagbo, qu’il qualifie d’utopique et d’irréalisable. « L’Etat doit plutôt aider les familles démunies à mettre leurs enfants à l’école. Aujourd’hui, on veut supprimer l’entrée en sixième alors qu’il n’y a pas suffisamment d’école. Il faut d’abord construire des écoles », a-t-il proposé. Sans oublier de réclamer la démission du ministre de l’Education nationale, M. Gilbert Bleu Lainé. Parce que le taux d’échec des élèves aux examens est important. Mais le paradoxe, c’est que « les candidats libres réussissent plus que les candidats officiels».

Avec le partenarait de l’ Intelligent d’Abidjan / Par K.Hyacinthe

Tue, 12 Oct 2010 01:58:00 +0200

0

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience possible sur notre site Web. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies.
Accepter
Refuser
Privacy Policy