novembre 29, 2022

Election / Premier tour de la présidentielle : Gbagbo, Bédié et Ouattara qui va tomber

Photo : DR
Dans moins de deux mois seulement, un des poids lourds au premier tour de l’élection présidentielle va tomber. Et ce sera bien dommage pour ce dernier qui dira ses adieux au palais présidentiel et fera faire valoir ses droits à une retraite politique. C’est cette peur de perdre la face, puisque chacun s’était proclamé vainqueur, qui tenaille chacun d’eux. Encore plus malheureux et honteux pour ce perdant du premier tour qui sera un simple soutien pour le second tour comme une corde qui aura soutenu un pendu.

Quel avantage des pronostics est donné à Gbagbo

Laurent Gbagbo, donné chaque fois favoris par les sondages de TNS-SOFRES, a le bénéfice d’avoir réussi à faire la paix avec la rébellion qui lui a donné des gages de bonnes volontés. Ce qui fait dire à l’opposition que l’ex-rébellion ne joue plus franc-jeu. Dans tous les cas de figure, il ne s’agit que de l’habillage politique dans un processus de réconciliation nationale où chacun cherche à sortir vainqueur. Mais le ‘’Woody de mama’’ qui a les yeux rivés à la fois sur les sondages et les nombreux détournements de ses partisans, est en quête de soutien. La caution du Nord ivoirien, depuis qu’Alassane Dramane Ouattara a fait son apparition sur la scène politique, lui faisait défaut. D’où sa détermination de mettre son va-tout sur les cadres du Nord et son incursion dans cette zone réputée RDR. Au fil du temps, cette opération de charme et de débauchage systématique s’avèreront payants. Avec ces recrues de taille issues des rangs du RDR et du PDCI. Même si certaines d’entres elles sont taxées de feuilles mortes. Le chef de fil des Refondateurs espère continuer sur cette voie tant que l’environnement politique lui est favorable. Ce ne sont pas les moyens qui manquent pour appuyer ses actions d’éclat. Tout y passe. Pourvu qu’on fasse le plein des voix pour se mettre à l’abri de toute surprise. A ce nombre additionnel d’électeurs s’ajoutera celui de sa base sociologique, le Centre-Ouest, le Sud-Ouest et à un degré moindre le sud, partie du pays dont est originaire son épouse. Ces zones constituent un arsenal d’électeurs pour son maintient au palais présidentiel. On peut même noter sans risque de se tromper que Gbagbo est plus que jamais décidé à affronter Ouattara et Bédié. Mais souhaitons que cela soit à la loyale et à la régulière. Ses dernières déclarations sont rassurantes sur cette question. Surtout qu’ il est devenu prudent ces jours ci à l’entendre dire « qu’une élection ne se gagne pas d’avance ». Preuve de bonne foi ou simple stratégie pour noyer le poisson dans l’eau ?

Gbagbo, cet animal politique tel un ‘’grand paon’’

Le ‘’Woody de Mama’’, comme l’appellent affectueusement ses partisans, pour narguer ses adversaires politiques, clame haut et fort avec ce sourire toujours forcé : « la politique est mon métier ». Ceci, pour dire à certains leaders de l’opposition qu’ils s’aventurent sur un terrain qui n’est pas le leur. Cette assurance et le mépris affiché pour les autres risquerait de lui donner des arrières goûts très amers au soir du 31 octobre prochain. Car, « la politique est aussi une affaire d’humilité », fait remarquer un politologue. Et de préciser que « Gbagbo sait ce qu’il fait et sait ce qu’il dit. Il allie à la fois haute politique et basse politique ». Une chose sur laquelle tout le monde est d’accord, c’est que Gbagbo se dit homme de terrain et se donne l’image de celui qui aime plus la Côte d’Ivoire, la connait mieux que quiconque. Il se présente comme le défenseur inégalé et inégalable de la souveraineté nationale. Pour tout dire, l’africaniste des temps nouveaux. Cela lui attire beaucoup d’admiration, certes, mais il pêche dans ses rapports avec l’extérieur. Sa vision de sa politique étrangère est décriée et est en passe de le faire sombrer dans le vertige de l’élitisme solitaire. Si ce n’est pas déjà le cas. Sur cette question, le Président-candidat est prudent et n’éprouve aucune gène de reconsidérer ses positions quand il les juge nécessaire. La preuve, il a ouvert ses bras à Guillaume Soro qu’il avait accusé en son temps de rebelle. Il n’a pas aussi attendu que le ciel tombe sur sa tête pour demander à Blaise Compaoré, Président du Burkina Faso, accusé et vilipendé hier par lui et son régime, d’assurer la médiation dans cette crise ivoiro-ivoirienne. Qui sait s’il n’ira pas embrasser Sarkozy demain à l’Elysée. Selon lui, sa réélection est une alternative pour sauver la Côte d’Ivoire de l’asservissement. Epuisé et fatigué par la crise, il lance un appel encore fiévreux à tous ceux qui pensent comme lui que le mal de ce pays est le fait de la mainmise de la France dans les affaires de la Côte d’Ivoire. Plus que jamais conforté par une opposition qui refuse de prendre des risques et incapable de se défaire du luxe hérité du régime unique. Gbagbo comme un’’ matador’’ de la scène politique nationale pour ses estocades souvent données à ses adversaires, aura-t-il les ressources nécessaires pour tenir la dragée haute à Ouattara et à Bédié qui possèdent de solides arguments pour mettre fin à son règne.

Quelles stratégies pour ADO

En réponse à la stratégie déployée par le clan présidentiel, ADO a choisi de tout donner dans la pré campagne à travers tout le pays pour se mettre à l’abris des surprises qui pourraient l’éloigner de son rêve qu’il caresse depuis plus de dix sept ans. Il pense sûrement que son heure est arrivée. Sa mainmise sur l’électorat urbain est son arme fatale. Il faudra que son populisme lui profite. Seulement, il jouera de son génie pour garder intact cette popularité qui a pris de sérieux coups. Depuis le déclenchement de la crise miltaro-civle qui a durement secoué ce pays. Puisque, accusé à tort ou raison d’être le parrain de l’ex-rébellion et présumé instigateur des actes de déstabilisation. Ne perdons pas de vue cette montée de la fièvre patriotique qui s’est emparé de la quasi-totalité des Ivoiriens (militants du PDCI, du FPI, du PIT, et bien d’autres partis politiques coalisés pour la cause sans oublier certains leaders d’opinion de la société civile) qui n’a pas été tendre avec le Président des républicaines. Assimilé à cette époque là à un chef rebelle. Passé cette tempête d’intrigues et de dénonciations calomnieuses, le numéro un du RDR devra répondre à toutes ses accusations encrées dans la conscience collective. Même en prenant ses distances d’avec l’ex-rébellion, Ouattara n’a rien réglé. Bien au contraire, cela a plutôt fait pourrir les relations entre lui et Guillaume Soro et certains chefs de l’ex-rébellion qui ont estimé qu’il n’est pas assez courageux et qu’il avait fait le choix de les laisser régler leurs problèmes au risque de se compromettre et de salir sa réputation d’homme politique incarné. Cette option de silence observé n’a pas arrangé les choses pour ADO qui a perdu le contrôle de ces ‘’jeunes gens’’ et même d’une importante frange de cette population du Nord à la recherche d’un autre leader.

Ouattara, le populisme incarné mais aussi ‘’un don quichotte’’

Le candidat compte sur sa popularité légendaire mise à mal en ce moment. Mais le candidat « milliardaire » s’est vite donné une nouvelle peau politique. Celui qui veut gérer autrement et qui propose des solutions aux problèmes de la Côte d’Ivoire. Bien qu’il soit le candidat contre qui tous les pouvoirs successifs (bien entendu après la mort du ‘’vieux’’, se sont acharnés, ADO s’en est toujours bien tiré. Avec à la clé la validation, par le Conseil constitutionnel, de sa candidature à la prochaine présidentielle. La réalisation d’une ambition longtemps nourrie. Le politicien banquier à la fois adulé et traqué aura fort à jouer le coup de poker gagnant qui pourra estomaquer ses détracteurs. Qu’il ne soit pas élu pour le second tour, chose improbable aux dires de ses partisans, le candidat du RDR se sera définitivement débarrassé de ce manteau crasseux de nomade à la recherche d’une identité et il gardera au moins sa stature de martyr. Face à son destin, l’ex-Premier Ministre d’Houphouët-Boigny prend date avec l’histoire, ce 31 Octobre.

La solide implantation du PDCI, tout un espoir pour Bédié

Si l’avantage du terrain politique est accordé à Bédié, c’est grâce à la solide implantation du parti cinquantenaire. Car la force de ce parti réside dans l’électorat rural avec lequel il se dispute avec le FPI. Mais que de problèmes de leadership minent ce vieux parti. Le Sphinx n’a pas encore trouvé la solution pour résoudre cet épineux problème de division et de querelles intestines. Ce qui explique ce recul dans les sondages. Mais il a l’avantage d’être le candidat le mieux fréquentable de tous. Certes la bataille sera rude entre les candidats populistes et lui mais il devra compter sur le ‘’V Baoulé’’.

Bédié ou le retour triomphal du sphinx

Le retour est peut être possible pour Bédié qui rumine toujours une colère noire contre les putschistes du coup d’Etat de 99 et leurs commanditaires qui a renversé son régime. Pour lui, cette élection est celle qui doit rétablir l’ordre normal des choses et lui permettre de retrouver son pouvoir perdu sous la menace des armes et les clameurs de la rue. Le successeur d’Houphouët doit d’abord faire oublier aux Ivoiriens la caricature d’un visage hideux que l’opposition d’alors lui prêtait. C’est à ce prix que sur le chemin tortueux de la victoire, qu’il recevra l’adhésion ou la reconversion de certains électeurs qui ont éprouvé trop longtemps de dédain et de dégoût pour sa politique. Evidence autocritique pour tout candidat qui décide d’aller à la rencontre des électeurs. Bédié cherchera son adrénaline dans l’adversité pour s’attirer les faveurs du peuple qu’il cherche à reconquérir. Le réussira-t-il ? C’est là que sa campagne prendra tout son sens une fois débarrassé de tout élément subjectif. Ce qui lui ferait gagner des points et rabattre le caquet à tous ceux qui ont vite fait de l’enterrer politiquement.

Tour de vérité et la hantise d’un report

Le premier tour annoncé à grande pompe ne met aucunement pas les Ivoiriens à l’abri d’une autre surprise. C’est d’ailleurs la chose qui les hante et les terrifie. Parce qu’ils savent que tous ces tapages d’arrangement politique ne tiennent que sur du papier brouillon qu’on peut toujours jeter à la poubelle au gré des humeurs et du vent. Chaque leader a bien compris et refuse de s’aventurer désormais tête basse et de façon cupide de peur d’être pris dans l’engrenage. Les stratégies, en cas de difficultés et pour un plan B ne manquent pas aux condidats. Quand on sait que chacun affûte ses armes pour le 31 octobre. Qui tombera donc au Premier tour

Par Patrice Pohé

Encadré

Laurent Koudou Gbagbo

Forces

•Président sortant bénéficiant des moyens de l’Etat
•Histoirien, faisant de la politique son métier
•Ancien député Père spirituel et fondateur des associations syndicales (Fesci, Fesaci, Synesci, Dignité…)
•Marié
Epouse dynamique, engagé politiquement puisque député de la commune d’Abobo, par ailleurs Présidente du Groupe parlementaire FPI, figure emblématique de la lutte démocratique. Elle est originaire du Sud du pays.
•Un âge de sagesse (65 ans)
•Chrétien et parrain de plusieurs confessions religieuses de Côte d’ Ivoire
•Connaissance parfaite de l’histoire du pays
•Forte implantation de son parti dans toutes les villes du pays
•Maîtrise du terrain pour avoir séjourné dans plusieurs villes et villages du pays.
•Bénéficie du soutien des petits partis membres de la mouvance Présidentielle
•Connaissance pratique du peuple ivoirien
•Charisme naturel
•Militant de plusieurs ONG et Associations nationales et internationales
•Initiateur du dialogue direct ivoiro-ivoirienne
•Très bonnes relations avec les Forces Nouvelles et le Premier Ministre, Guillaume Soro
•Capacité de mobilisation de la jeunesse
•Contrôle parfait et mainmise sur son parti
•Populaire
•Bon orateur qui sait créer des liens
•De solides amitiés dans tous les partis significatifs et dans toutes les régions de Côte d’Ivoire

Faiblesses

•Seul contre tous
•Il ne fait pas l’unanimité chez les Forces Nouvelles
•on lui reproche d’être à la base des blocages du processus de sortie de crise.
•Il est soupçonné de manipuler l’armée
•Vu comme un nationaliste dont la politique extérieure est très mal appréciée (coopération, diplomatie)
•En désamour avec les 02 autres grands leaders (Bédié et Ouattara)
•On l’accuse d’avoir favorisé les détournements et l’enrichissement illicite de son entourage
•Il apparaît comme l’homme de l’impunité
•Vu comme bon opposant, mais mauvais dirigeant.
•On dit de lui qu’il est un roublard qui ne respecte pas sa parole
•Les promesses non tenues

Henri Konan Bédié

•Ancien Chef de l’Etat
•Ancien député
•Ancien Président de l’Assemblée Nationale
•Diplomate
•Economiste chevronné
•De solides relations à l’extérieur
•Chrétien
•A occupé la fonction de Ministre de l’Economie et des Finances
•Marié
•Fidèle aux idéaux de paix
•Connaissance parfaite du territoire National
•En bonne intelligence avec Ouattara
•Connaissance pratique du peuple ivoirien
•Connaissance approfondie des crises ivoiriennes (de 1960 à 2010)
•Un franc parlé reconnu
•Respecté et apprécié pour ses prises de décision dans la résolution de l’actuelle crise
•Homme politique modéré
•Ne se livre pas au jeu de la provocation
•Rarement cité dans les complots et coups d’Etat
•Forte implantation de son parti le PDCI à travers tout le pays
•Son parti vainqueur des dernières élections législatives pendant qu’il était en exil
•Les points positifs en 6 ans de pouvoir (routes et autres infrastructures)

Faiblesses

•Age très avancé (76 ans)
•Souvent perturbé par les crises intempestives au sein de son parti
•Il a du mal à contrôler entièrement et totalement le parti. Surtout certains barrons devenus intouchables et qui ne l’aiment pas en réalité.
•Son image ne passe pas du tout chez les Forces Nouvelles
•Vu comme un retraité politique
•Un passé plein d’énigmes
•Un passif dans l’emprisonnement des cadres du RDR
•Manque de pragmatisme
•On lui reproche un contentieux entre lui et certain officiers des Forces de Défense et de Sécurité
•Langage hermétique, difficilement compréhensible par les masses

Alassane Dramane Ouattara

Forces

•Ancien Premier Ministre d’Houphouët
•Ex- Président du comité interministériel sous Houphouët
•Ancien Gouverneur de la BCEAO
•De solides relations internationales
•Un âge de sagesse (68 ans)
•Economiste chevronné
•Ancien D.G.A du FMI
•En bonne intelligence avec Bédié
•Respecté et apprécié à l’extérieur
•Marié à une épouse très influente possédant de solides relations internationales
•Musulman
•Charisme naturel
•Consultant international
•Populaire
•Réputé rigoureux dans la gestion des affaires de l’Etat
•Connaissance parfaite des crises ivoiriennes de (1990 à 2010)
•Forte implantation de son parti, le RDR, en zone rurale
•Son parti vainqueur des dernières élections municipales
•Très engagé et se renie difficilement

Faiblesses

•Pas assez courageux face à certaines situations
•Malgré ses relations, il lui manque la dimension politique
•Il a contre lui le clan patriotique
•Il est accusé d’être le pion des étrangers
•Il ne fait plus l’unanimité chez les Forces Nouvelles
•Très influençable à l’intérieur de son parti
•Manque d’autorité sur les cadres de son parti
•Premier Ministre en fonction lors des évènements douloureux du 18 février 1992 qui ont conduit Gbagbo et ses amis de l’opposition d’alors en prison
•On le soupçonne d’être le père de la rébellion, de planifier ou de coordonner les actions de déstabilisation
•Politiquement marqué
•Certains militants du PDCI lui en veulent et l’accusent d’être à la base du coup d’Etat de 1999
•Faible couverture de son parti sur le territoire national, surtout en zone rurale. (des zones non encore pourvues)
•Parti mal organisé à la base, aucune formation sérieuse des militants
•On lui reproche ces inimitiés avec ses anciens amis
•On lui reproche son incapacité de protéger ses rapports (avec ses alliés)
•Fermeté souvent à retardement et non à propos
•Discours politique axé sur les milliards, ce qui frise la démagogie

Avec le partenariat de l’Intelligent d’Abidjan

Tue, 14 Sep 2010 11:06:00 +0200

0

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience possible sur notre site Web. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies.
Accepter
Refuser
Privacy Policy