novembre 28, 2022

Entretien / Mam Camara, président de l’Unjci, à propos du prix Ebony : ‘’Pour éviter le favoritisme, tout le monde doit se mettre d’accord…’’

Photo : DR
Le tournoi de la confraternité s’ouvre demain samedi. Quel objectif poursuit l’Unjci en initiant ce tournoi qui est à sa 9è édition?

Je tiens à remercier toute la rédaction de L’Intelligent d’Abidjan, et son Dg Alafé qui m’a toujours accompagné et m’appuie dans nos activités au niveau de l’Unjci. Le tournoi de la confraternité fait partie des activités majeures de l’Unjci. Chaque année, nous menons des activités notamment la formation, le tournoi de la confraternité, le Presse club, etc. Notre mandant est placé sous le signe de la responsabilité et de l’innovation. Pour cette année, nous avons mis en place quelques innovations à savoir les sites Web de l’Unjci et du concours Ebony. Lancé le mercredi 15 septembre 2010, le tournoi de confraternité démarre le 2 octobre sur fond d’hommage au défunt président de l’Unjci, Criwa Zéli. Le tournoi sera appuyé par les deux associations sportives, celle de Rovia Kanga et de Vamara Coulibaly. Pendant deux semaines, toutes les rédactions (presse écrite, radios et télés) seront au stade de la Haute fréquence à la Rti pour se confronter dans la gaieté. C’est un point important de nos activités parce que, vu de l’extérieur, les gens ont le sentiment que les journalistes ne s’entendent pas. Parce qu’ils sont issus des rédactions ayant des lignes éditoriales différentes. Or, c’est le contraire, les journalistes sont des amis au-delà des tendances des journaux et de ce qu’ils écrivent. Ils sont tous de la même génération et ils travaillent ensemble. C’est ce que nous entendons renforcer à travers le tournoi de la confraternité.

Cet hommage au défunt président sera-t-il matérialisé…

Nous avons décidé de rendre hommage au défunt président de l’Unjci en créant un trophée d’encouragement : Prix Criwa Zéli. Qui sera remis à chaque fois que l’Unjci organisera le tournoi de la confraternité. Sur proposition des associations sportives, le Prix Criwa Zéli sera remis à Jean Martial Tapé qui a convoyé officiellement la délégation ivoirienne en Afrique du Sud. Ils ont estimé que ce dernier a pris beaucoup de risques. Jean Martial Tapé s’est engagé, en tant qu’Ivoirien, à recevoir une centaine d’ivoiriens au pays de Nelson Mandela. Il a réussi son pari, malgré les difficultés. Pour cette 1ère édition, Jean Martial Tapé recevra le ‘’Prix Criwa Zéli’’. Nous voulons dire merci à nos partenaires : Orange CI, Canal Horizons, Guinness, Onuci-FM, Air Ivoire, la marque OBV, la Rti et tous ceux qui nous accompagnent sur l’événement de la Nuit des Ebony. L’équipe vainqueur du tournoi sera présentée à la soirée des Ebony et participera au tournoi de la Fraternité de l’Onuci.

Doit-on s’attendre cette année à d’importantes récompenses ?

Tous les partenaires offriront des lots notamment des jeux de maillots, des ballons… Cette année, les lots seront consistants. Hormis les trophées classiques, il y aura un trophée de meilleur buteur et un trophée fair-play de l’Onuci. Il y aura un maximum de gadgets pour tous les participants.

Vous étiez en mission en Afrique du Sud et au Japon. Que retenir de ces expéditions ?

Nous étions en Afrique du Sud pour représenter les journalistes ivoiriens à la Coupe du Monde 2010. Nous y étions à l’invitation du Ministère des sports. Nous avons séjourné au Japon par le biais de l’Ong Afrijapan. Nous avons rencontré toutes les institutions des médias au pays du soleil levant. Nous avons visité la presse écrite, les radios et l’association des correspondances dirigée par un Suisse qui est le correspondant de Rfi. Le Groupement des patrons de presse et l’association des éditeurs du Japon nous ont reçu et ont donné leur accord pour nous accompagner pour la Nuit des Ebony. La mairie de Gifu du Japon a promis être de la fête. Nous sommes en train d’organiser des départs pour des séances de formation au Japon, au sein du journal Gifu News, pour des stages pratiques. Nous sommes revenus très satisfaits du Japon.

Pourquoi les séances de formations pour les Ebony uniquement ?

Oui ! L’Ebony est le meilleur des journalistes. Il représente la crème du journalisme en Côte d’Ivoire. Si on a une ou deux bourses, l’Unjci préfère, pour être objectif, les mettre à la disposition des meilleurs journalistes. Si on doit aller vers les rédactions, ce qui n’est pas impossible, on devra identifier ensemble les critères. Pour éviter le favoritisme, ce serait bien que tout le monde se mette d’accord sur une manière de travailler. On estime que, pour le moment, la méthode qui mette tout le monde d’accord, c’est le Prix Ebony. Dans l’avenir, si on a des bourses sur 5 ou 6 ans, on peut décider que ce soit tournant au niveau des rédactions. Sur place, les ambassades de France et des Etats-Unis donneront des bourses. Il y a aussi l’Istc (Ndlr : Institut Supérieur des et de la Communication) et l’Université de l’Atlantique qui nous en donnent. Il faut que les journalistes se rapprochent de l’Unjci pour leur faire profiter de toutes ces bourses et des renforcements de capacités. C’est pour eux que nous sommes-là et il est bien qu’ils viennent à l’Union. Parce que c’est en étant à l’intérieur qu’ils sauront ce que l’Unjci peut faire pour eux.

Pourquoi avez-vous opté cette année pour une 12ème édition bis de la soirée des Ebony?

En fait, cette édition 2010 est la 13ème. Nous sommes dans une logique d’hommage à notre défunt président de l’Unjci. Criwa Zéli est le 1er président mort en exercice. Donc, nous voulons lui rendre un hommage assez appuyé. Diégou Bailly est l’un des présidents décédés mais, il n’était plus en exercice. C’est cela la différence entre Criwa Zéli et Diégou Bailly. Il n’était pas pour le chiffre 13 et il a dit qu’il souhaiterait organiser une édition-bis. Et la prochaine serait la 14ème. C’est donc pour respecter sa volonté que nous l’avons fait. Pour ce qui est du contenu, il y a des innovations. La commission permanente du jury travaille les productions qui arrivent. La commission les transmettra à Franck Anderson Kouassi, qui préside le jury définitif. Il existe des prix sectoriels Diégou Bailly, Jean Pierre Ayé et Joseph Diomandé, parrainés respectivement par le Cnca (Ndlr : Conseil national de la communication audiovisuelle), Fraternité Matin et la Rti (Ndlr : Radiodiffusion Télévision ivoirienne). Pour cette 12ème édition bis, il y aura des prix spéciaux : un prix d’investigation qui sera attribué au journaliste qui aura fait le plus d’investigation en matière de contrefaçon. Il y aura un concert artistique inédit avec le meilleur artiste acoustique de la place ; des feux d’artifice et un défilé de mode en orange-blanc-vert et en paillette ou en filet. Cette année, les journalistes défileront en tenue orange-blanc–vert pour montrer que les journalistes ivoiriens sont inscrits dans la logique de paix.

Pour ce qui est de la bonne marche des préparatifs de la Nuit des Ebony, vous confirmez…

Oui ! Nous confirmons. Au niveau de la Maison de la presse, nous sommes au travail. Nous sommes au travail avec Koné Lacina, le président du comité d’organisation du tournoi de la confraternité. Un autre groupe travaille sur la soirée des Ebony. Nous souhaitons saluer spécialement Monsieur Gossio Marcel, Directeur général du Port Autonome d’Abidjan qui nous a permis de prendre une option significative dans l’organisation de cette soirée des Ebony. Nous avançons.

Avec le partenariat de l’Intelligent d’Abidjan / Par Réalisé par Krou Patrick

Fri, 01 Oct 2010 13:51:00 +0200

0

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience possible sur notre site Web. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies.
Accepter
Refuser
Privacy Policy