décembre 9, 2022

Filière café-cacao / Campagne 2010-2011 : Le prix du cacao fixé à 1100 FCFA bord champ

Photo : DR
Pour la campagne 2010/2011, le prix du kilogramme du cacao a été fixé, sur l’ensemble du territoire national à 1100 FCFA bord champ contre 950 FCFA l’an dernier. Soit une hausse de 150 FCFA par rapport à la campagne précédente. Le ministre d’Etat, ministre du Plan et du développement, Paul Antoine Bohoun Bouabré, représentant le chef de l’Etat au lancement de la campagne agricole, a exprimé toute sa reconnaissance au monde agricole pour tout le travail qu’il abat pour l’équilibre de l’économie. Aussi pour le ministre, le nouveau prix est-il une bonne nouvelle. En ce sens qu’il traduit tout l’engagement du Président de la République envers les producteurs. Toute chose qui montre bien que le chef de l’Etat, souligne-t-il, n’a pas trahi le monde paysan. Le Président Laurent Gbagbo disait en son temps au monde agricole, rappelle le ministre d’Etat, ‘’rendez-moi le pouvoir pour que je vous le rende’’. Ce qui est en train d’être fait, au regard du nouveau prix du cacao bord champ. C’est pourquoi, il a, au nom du chef de l’Etat, invité les agriculteurs à travailler davantage. Mieux, il a rassuré que, toutes les ressources issues de la filière café-cacao doivent revenir aux producteurs.
Huberson Digbeu & HK

Encadré

Les producteurs quand même déçus
Malgré cette légère hausse du prix du kilogramme de cacao, les producteurs sont restés sur leur faim. Ils s’attendaient tous à un prix garanti. Ce qui devrait mettre fin à la fuite du cacao ivoirien et permettre à l’économie ivoirienne de profiter des mannes financières de cette importante quantité de fève. Mais c’est peine perdue ! Il n’y aura pas de prix garanti. Les cacaoculteurs auront donc à se conformer au système de prix indicatif. C’est-à-dire le prix peut chuter à tout moment ou augmenter. Le deuxième cas, expliquent des experts, est quasiment impossible, parce que les multinationales maîtrisent parfaitement les prévisions de récoltes que les Ivoiriens eux-mêmes, de par leur présence dans les champs. Conséquence : elles ne s’apprêtent à aucun jeu de spéculation sur la baisse de récolte. Comme le font par exemple les pays exportateurs de pétrole. Ce qui n’est pas le cas du Ghana, où le gouvernement a pris toutes les dispositions de sorte que les multinationales n’interviennent pas directement dans les champs. Car, pour les autorités de ce pays, le cacao est un élément stratégique. Pour la campagne 2010/2011, le prix du kilogramme du cacao a été fixé au Ghana à 1087 FCFA. Les Ghanéens ne s’en plaignent pas, parce que c’est un prix garanti.

HK

Avec le partenariat de l’Intelligent d’Abidjan

Sat, 02 Oct 2010 12:35:00 +0200

0

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience possible sur notre site Web. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies.
Accepter
Refuser
Privacy Policy