décembre 4, 2022

France/Côte d’ivoire : le camp Gbagbo espère la fin de la “démocratie par les bombes”

Le parti de l`ex-président ivoirien Laurent Gbagbo, chassé du pouvoir en 2011 grâce à l`intervention de l`armée française, a espéré dimanche qu`avec l`élection du président François Hollande la France excluerait désormais "toute forme de démocratie par les bombes".

Le Front populaire ivoirien (FPI) "salue la grande victoire et félicite le vainqueur François Hollande, un homme de conviction, de méthode", a déclaré à l`AFP Alphonse Douati, porte-parole de ce parti de gauche.

"Socialiste par la culture, François Hollande fera le choix de la démocratie en Côte d`Ivoire et en Afrique, excluant toute forme de démocratie par les bombes", a-t-il affirmé.

Sa "victoire ouvre une grande espérance de voir la France accompagner avec détermination et discernement l`éclosion et la consolidation de la démocratie en Afrique, particulièrement en Côte d`Ivoire", a-t-il estimé.

M. Gbagbo a été arrêté le 11 avril 2011 après deux semaines de guerre remportée par les forces du président Alassane Ouattara, grâce à l`appui décisif de la force française Licorne et de l`ONU. Il avait provoqué une crise ayant fait quelque 3.000 morts en refusant de reconnaître sa défaite à la présidentielle de novembre 2010.

Alors à la tête du Parti socialiste français, M. Hollande avait déclaré M. Gbagbo "infréquentable" en octobre 2004, deux ans après l`éclatement d`une grave crise politico-militaire en Côte d`Ivoire, marquée par de nombreuses exactions, imputées notamment au pouvoir.

Le Rassemblement des républicains (RDR), parti du président Ouattara, a également félicité M. Hollande et lui a souhaité "une bonne présidence à la tête de la France".

"Nous remercions le président sortant Nicolas Sarkozy pour son engagement ferme en faveur des droits de l`Homme et de la démocratie" et "en faveur de la paix en Afrique en général et en particulier en Côte d`Ivoire, ce qui nous a permis de mettre fin à la crise postélectorale ivoirienne", indique le porte-parole Joël N`Guessan dans un communiqué.

AFP

Mon, 07 May 2012 00:08:00 +0200

0

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience possible sur notre site Web. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies.
Accepter
Refuser
Privacy Policy