Guinée / Après avoir ménacé de le faire : Voici pourquoi le général Sékouba Konaté n’a pas démissioné hier

Photo : DR
Le général d’armée Sékouba Konaté n’est pas du content des partisans de Sidya Touré, candidat de l’UFR qui a occupé la troisième place selon les résultats provisoires de l’élection présidentielle du 27 juin 2010. Lors d’une marche de protestation, le lundi 5 juillet 2010, des militants et sympathisants de Sidya Touré, en majorité des femmes de Boulbinet, un quartier de Kaloum, ont vertement accusé le général Sékouba Konaté d’avoir comploté contre leur leader qui ne sera pas au second tour de la présidentielle prévue pour la fin du mois de juillet. Selon une correspondance particulière, les femmes de l’UFR auraient accusé le général d’armée Sékouba Konaté d’avoir participé à la disparition de Sama Bangoura, ancien commandant du camp militaire AlphaYaya Diallo proche de Sidya Touré. Ces militantes de l’UFR auraient voué aux gémonies le général-président par intérim, malgré sa décision de se retirer du pouvoir. Des propos qui ont beaucoup affecté le général d’armée Sékouba Konaté qui a menacé de démissionner. Il a reçu le réconfort moral des membres du gouvernement, des présidents des institutions et celui des officiers supérieurs de l’armée guinéenne. Au cours de leur rencontre hier, le chef d’état major de l’armée guinéenne, le colonel Nouhou Thiam, a mis en garde les leaders fauteurs de troubles qui répondront désormais de leurs actes. Des membres du gouvernement qui ont pris très au sérieux les menaces de Sékouba Konaté, se sont même rendus à Kobaya, dans la banlieue de Conakry, pour rencontrer son épouse afin qu’elle intervienne auprès de son époux pour qu’il revenne sur sa décision. "Si on ne veut pas reconnaître ce que nous avons pu faire durant tout ce temps-là, on peut offenser notre personne. Mais offenser nos parents, je ne pourrai pas l’accepter, pour rien au monde. Mon honneur, ma dignité ne le permettent pas", a déclaré le général Konaté.Pendant ce temps, Abbas Bangoura, conseil de la Commission Electorale Nationale Indépendante a démissionné de son poste et le président Ben Sekou Sylla, quant à lui, se trouve après la proclamation des résultats en France pour, dit-on, des questions de santé

Par Dosso Villard

Encadré

Sidya Touré «l’Ivoirien» veut-il détruire la Guinée
Le président de l’Union des Forces Républicaines de Guinée, Sidya Touré, a décidé depuis la proclamation des résultats provisoires de l’élection présidentielle de 27 juin 2010 de semer la chienlit dans le pays. Il a tenté un passage en force contre le général Sékouba Konaté, le lundi 5 juillet 2010, en envoyant ses partisans dans la rue sans même attendre les résultats des recours qui ont été introduits auprès de la Cour suprême. Paré dans des habits de voyou, Sidya Touré qui a passé tout son temps en Côte d’Ivoire en tant qu’Ivoirien, n’a rien à perdre en Guinée. Lui ‘’l’Ivoirien’’, qui a bâti toute sa fortune et qui a tous ses biens au pays d’Houphouët ne doit pas installer le bordel en Guinée. Il est le seul parmi les 24 candidats à l’élection présidentielle à s’agiter violemment contre les résultats provisoires. Une attitude qui en dit long sur le patriotisme de celui qui est en perte de vitesse et qui revendique la deuxième place après Cellou Dalein Diallo. Cette deuxième place qui revient, selon la CENI, à l’opposant historique Alpha Condé. L’ex-directeur de Cabinet d’Alassane Ouattara doit se ressaisir

Charles Kouassi

Avec le partenariat de l’Intelligent d’Abidjan

Wed, 07 Jul 2010 03:07:00 +0200

0

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience possible sur notre site Web. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies.
Accepter
Refuser
Privacy Policy