décembre 4, 2022

Sécurité / Tentative d’assassinat : Un artiste accuse le ministre Maurice Bandaman

Dans un courrier adressé au Président de la République avec ampliation au ministre de la Culture et de la Francophonie faisant cas de l’agression (le 16 août 2012), «vol et voix de faits, tentative d’assassinat» sur la personne de l’artiste Tolio Anatole, la tutelle par la voix de Yves Konan, le chef de cabinet du ministre Maurice Bandaman, a réagi le vendredi 22 mars, en présence de la victime. Selon le courrier rédigé par Tolio et lu partiellement par Yves Konan, le ministre Maurice Bandaman serait un des commanditaires de cet assassinat manqué le jour où il (Tolio) a été torturé et enlevé par un commando «identifié» à son domicile, à Yopougon avant de le conduire dans une base à PK 18. Il sera libéré quelques temps après sa détention. Rappelant les faits dans son courrier, la victime explique, selon des passages lus, que le chef du commando qui n’a pu joindre le ministre Bandaman a eu un entretien téléphonique avec la secrétaire du ministre. Le message était que le ministre le (le chef du commando) rappelle urgemment. Selon Yves Konan, le courrier qui contient des «allégations graves» mentionne d’autres personnes dont Irène Vieira et d’autres personnalités. «Nous ne nous sentons nullement concernés», a répondu le chef de cabinet du ministre de la Culture qui a dit confier l’affaire aux autorités compétentes. «Le ministère de la culture n’est pas outillé à traiter un tel dossier. De telles accusations ne resteront sans suite. Que la lumière soit faite sur ces allégations graves, que les personnes incriminées soient situées sur ce qui s’est passé ce jour et, que les responsables répondent devant la justice», a motivé Yves Konan. Pour le collaborateur du ministre Bandaman qui a dit condamner cette agression parce qu’étant une atteinte aux droits de l’Homme, l’impunité ne doit pas régner car le Président de la République à qui, le courrier est adressé, est le protecteur des Ivoiriens, des arts et de la culture. Présent le vendredi, Tolio Anatole est revenu sur les faits. Ses agresseurs, a-t-il relevé, qui étaient en mission l’ont accusé de tenir des réunions avec des miliciens.

Koné Saydoo in L’Intelligent d’Abidjan

Mon, 25 Mar 2013 02:14:00 +0100

0

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience possible sur notre site Web. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies.
Accepter
Refuser
Privacy Policy