novembre 29, 2022

Burkina Faso : Le ministère des cultes et des affaires religieuses supprimé

Obligation de mesures exceptionnelles.

Ce qu’il faut retenir dans la forme, Kyelem de Tambela (c’est ainsi que je le nommerai pour ma part) a tenu sa promesse de revoir le nombre de postes à moins de 25. C’est fait et félicitations à vous. Vous auriez dû mieux faire encore en réduisant ce nombre qui est possible. Je le répète, je persiste et je signe que cela est possible tant pour un gouvernement de transition, non, un gouvernement d’exception car vous devez faire des choses exceptionnelles que pour un gouvernement issu d’élections. J’insiste parceque quand vous prenez le Plan National de Développement Économique et Social (PNDES), il y a été identifié 14 ou 15 domaines d’intervention. C’est dire tout naturellement qu’un gouvernement ne devait pas ou ne doit pas excéder ce chiffre. Je reste persuadé que cette transition du MPSR 2 est là continuité du MPSR 1 du point de vue administrative c’est-à-dire la mise en œuvre continuelle du PNDES et du budget gestion 2022 voté par la législature de Bala Sakandé avant sa dissolution.

Qu’à cela ne tienne, je vous tire mon chapeau déjà pour le respect de votre premier engagement de forme qui probablement impactera sur le fonds.

Au niveau du fonds, je relève deux faits majeurs dans ce gouvernement de l’apôtre 1er où un disciple a été remercié en l’occurrence le ministère des cultes et des affaires religieuses. Pourquoi un tel ministère dans un État dit laïc ? En revanche, si le ministère de la réconciliation nationale a été fusionné à celui de la Solidarité, il faut souligner qu’il aurait dû être simplement supprimé car une réconciliation ne se décrète pas et Kyelem de Tambela défend mieux cette posture.

Du reste, le peuple fonde l’espoir que cette transition 2 tirera toutes les conséquences de la malgouvernance d’avant et se départira de toute accointance qui lui serait préjudiciable. Et face à cette situation exceptionnelle, des mesures exceptionnelles, adaptées, concertées doivent être prises.

A ce propos, il y a lieu de repenser à certaines pratiques notamment sur la lutte contre le terrorisme. Denise Auguste Barry est un averti du sujet et sa contribution sera énorme.

En effet, si les autorités affichent leur ferme volonté de lutter contre le terrorisme à travers le recrutement massif et tout azimut (3.000 militaires, 35.000 VDP…), c’est dire que le signale est clair et aucun partenariat militaire ne peut venir faire la guerre à notre place. Nous devons compter sur nous même. En comptant ainsi sur nous même, je trouve que la mesure de recrutement est insuffisante parce qu’elle est volontaire. Pourtant il faut sonner une mobilisation générale sans exception comme c’est le cas dans certains pays. Le président de la transition doit ainsi prendre une ordonnance, au-delà de ces « petits » communiqués, pour réquisitionner et enrôler à mon avis tous les jeunes de 18 à 35 ans sans emploi sauf cas de force majeure dans les villes et les campagnes. Cette mesure pourrait concerner également les autres groupes d’âge en principe jusqu’à à 50 ans sous réserve des dispositions réglementaires.

Pour ce qui concerne les avantages d’une telle mesure, je me terai car cela peut faire office de contre mesures pour ceux qui assignent le pays aujourd’hui. Pour l’instant, chacun peut aller de son imagination.

En outre de cette mesure, il faut refonder l’armée en commençant par identifier les officiers supérieurs qui aujourd’hui, ne sont plus aptes à la guerre et cantonnés dans les vieilles théories caduques, inadaptées à cette guerre asymétrique. Cette utilisation rationnelle et sans complaisance de l’armée sera la prochaine gouverne pour la reconquête du territoire perdu.

En attendant d’aller s’enrôler pour le recrutement des Volontaires pour la Défense de la Patrie,

En attendant le premier conseil de ministres de prise de contact éventuellement pour ce mercredi,

En attendant une probable baisse du prix du carburant aussi infime soit il mais souhaitée consistante…

Bonne mission aux nouveaux membres du gouvernement.

L’intérêt supérieur et unique du peuple doit guider votre mission.

 Adama Kabore

Source : infowakat.net  

N.B. : Titre de la rédaction

0

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience possible sur notre site Web. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies.
Accepter
Refuser
Privacy Policy