décembre 8, 2022

Abengourou se révolte contre les forces pro-Ouattara- Nicolas Kouassi Akon (maire Pdci d’Abengourou) : « Nous ne voulons pas de dozos chez nous »

«Il y a le phénomène des dozos (supplétifs des Frci, forces armées pro-Ouattara, ndlr) qui prend de l’ampleur de plus en plus. Une ville comme Abengourou qui ne connaissait pas ce phénomène est confronté à cela depuis quelques temps ; ces chasseurs traditionnels ont envahi la capitale de la cité de la paix. Aujourd’hui bien malin qui pourrait dire de quel ministère ils dépendent .On se demande s’ils appartiennent au ministère de l’intérieur ou au ministère de la défense. Nous ne voulons pas de leur présence à Abengourou. Le comble, c’est qu’ils se donnent le pouvoir d’établir de l’ordre et même rendent justice.ll faut que le pouvoir trouve une solution à ce phénomène » Nicolas Kouassi Akon Yao, maire de la commune d’Abengourou dénonçait le samedi 5 mai dernier la présence des bozo dans le département d’Abengourou. C’était à l’occasion de la première session ordinaire du conseil municipal pour l’année 2012. Selon le maire de la cité de Nanan Boa Kouassi, la présence de ces chasseurs traditionnels ne garantie pas la sécurité d’autant plus qu’ils agissent en ignorant les règles élémentaires de la discipline .Avec le contexte actuel, on ne sait plus qui est qui .Parce qu’aujourd’hui l’on voit des jeunes du nord habillés en dozo avec des fusils sur l’épaule et qui font la loi à travers la ville « alors dans quelle mesure ont-ils reçu l’éducation ? Dans quelle mesure ont-ils été initiés pour exercer cela. Ils sont dans la nature .Ils sont dans nos villages et campements en terrorisant les pauvres paysans. Il faut que le pouvoir les fasse rentrer d’où ils sont venus »a-t-il indiqué. Outre le phénomène des dozo ,il ya aussi l’épineux problème des FRCI qui ont combattu mais qui n’ont pas été retenus pour intégrer l’armée .Ceux – là également sont dans la nature et constituent une source d’insécurité .C’est pour quoi le maire demande également leur désarmement parce qu’ils continuent d’importuner les braves paysans .Revenant sur la session du conseil municipal, Nicolas Kouassi Akon Yao maire de la commune a fait savoir que le budget modificatif Nr 1 de la commune d’Abengourou de l’exercice 2012 s’équilibre en dépenses et en recettes à la somme de 560 000 000 de francs CFA

Jean Goudalé in Notre Voie

Thu, 10 May 2012 20:45:00 +0200

0

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience possible sur notre site Web. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies.
Accepter
Refuser
Privacy Policy