décembre 7, 2022

Paris : un trafiquant de drogue abattu en plein jour

La guerre de la drogue a fait un mort à Paris. Un jeune homme abattu en pleine rue, samedi, dans le XXe arrondissement. Il a reçu deux balles dans l’abdomen. Les policiers de la deuxième division de police judiciaire de la Préfecture de police avaient bon espoir, dimanche, d’interpeller l’auteur des coups de feu. Car le tueur présumé a été identifié et son domicile a même été perquisitionné. Les enquêteurs y auraient trouvé des vêtements qui correspondraient à la description faite par les témoins de la scène. L’assassinat a été perpétré vers 10h30, à un moment de grande affluence dans ce quartier populaire de la rue Saint-Blaise érigé en site prioritaire dans le plan antidrogue de la Préfecture de police. Le tireur s’est enfui à pied. La victime a aussitôt été prise en charge par un ami sur son scooter. Celui-ci a tenté de la conduire à l’hôpital de la Croix-Saint-Simon, tout proche, avant de l’abandonner aux abords de l’établissement. Le blessé a été découvert gisant dans la rue. Il a finalement été amené à l’hôpital, où il est décédé environ une heure après son admission.

Pour la police, l’affaire est entendue. La victime était un trafiquant «pur et dur», selon l’expression d’un haut fonctionnaire du ministère de l’Intérieur. Ce voyou avait été arrêté une vingtaine de fois par les forces de l’ordre durant sa «carrière». Son frère, lui aussi bien connu des services de police, serait également mort dans le cadre d’un règlement de comptes, il y a deux ans. «Nous avons affaire ici à un geste de la grande criminalité», a estimé Frédérique Calandra, maire PS du XXe arrondissement, exprimant sa «consternation». «Aujourd’hui, l’insécurité dans ce quartier a pris une tout autre dimension, puisqu’en milieu de journée un jeune a été tué en pleine rue. (…) Ce fait tragique illustre la nécessité de permettre aux services de police de bénéficier des effectifs et des moyens supplémentaires et nécessaires à leur mission», a ajouté l’élu socialiste.

À la mode «marseillaise»

Mais, de l’avis même de syndicalistes policiers du quartier, «ce crime n’a rien à voir avec un problème d’effectifs ou de moyens de police». Un agent local explique l’affaire par une sorte de lapalissade: «Si ce voyou était resté en prison, il serait encore vivant.» Reste que les assassinats de ce type, à la mode «marseillaise», ne sont pas fréquents dans la capitale (lire ci-dessous).

La Préfecture de police a choisi de maintenir une forte présence policière dans le quartier Saint-Blaise, connu pour son fort niveau de délinquance et d’incivilités. Le soir de l’élection de François Hollande, dans la nuit du 6 au 7 mai, un seul endroit de la capitale a connu des troubles qui ont justifié l’intervention massive des forces mobiles: le XXe justement, où des voitures ont brûlé et où des policiers ont eu maille à partir avec quelques bandes. Les rapports des unités mobilisées font état ce soir-là de tirs de «mortiers» sur les policiers, précisément «rue Saint-Blaise», lieu du règlement de comptes de samedi…

Des règlements de comptes moins fréquents dans la capitale

À la différence de Marseille ou de la Seine-Saint-Denis, les règlements de comptes en plein Paris sont devenus plutôt rares. Il faut remonter au début des années 2000 pour retrouver un cycle significatif, aux yeux des policiers. En ce temps-là, les «beaux mecs» tombaient comme à Gravelotte: Farid Sanaa, dit «l’Écureuil», abattu avenue des Ternes ; Antonio Lagès, dit «le Portugais», tiré à la Brenecke pour sanglier, avenue George-V ; et puis surtout, Francis Vanverberghe, alias «le Belge», le «parrain des parrains», exécuté au 11.43, le 27 septembre 2000, dans un PMU de la rue d’Artois. Il laissa derrière lui ses deux lieutenants, «Joël le Cobra» et «Philippe le SS». Cette séquence fut aussi marquée par l’élimination du proxénète Claude Genova, dit «le Gros», 103 kilos sur la table d’autopsie. Lui s’était fait tatouer sur un endroit intime un papillon bleu qui déployait ses ailes dans certaines dispositions. Privé de figures, le milieu a perdu de sa poésie.

lefigaro.fr

Mon, 28 May 2012 13:28:00 +0200

0

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience possible sur notre site Web. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies.
Accepter
Refuser
Privacy Policy