décembre 4, 2022

Christine LAGARDE EN CÔTE D’IVOIRE: RETOUR SUR LE LIEU DU CRIME

Christine Lagarde, ancienne Ministre de l’Economie et des Finances du tristement célèbre Sarkozy, initiateur du largage de centaines de bombes et de missiles sur la résidence officielle d’un Chef d’Etat étranger, en l’occurrence le Président Gbagbo, vient d’achever en Côte d’Ivoire (CI) une visite officielle mais qui en réalité n’est qu’une étape de sa tournée des popotes sur le continent africain. Aujourd’hui, imposée à la tête du FMI par le bourreau des ivoiriens, elle est venue manifestement apporter son soutien au filleul Ouattara.

La venue de cette dame est la suite logique des actions criminelles de Sarkozy contre le régime de L. Gbagbo. C’est pourquoi tous les honneurs lui ont été accordés durant cette visite. Ainsi a-t-elle pu bénéficier du rare privilège d’être reçu par les parlementaires ivoiriens réunis en séance extraordinaire. Ce parlement monocolore a été pour elle l’occasion de faire l’éloge de ce Chef d’Etat incapable depuis deux ans d’instaurer la paix, la sécurité, et d’impulser à ce pays une véritable politique de développement. On comprend alors aisément que ce «candidat de l’étranger » n’est venu que pour servir les intérêts de la finance mondiale.

Elle s’est plu à affirmer que sous ce régime dictatorial, ce pays de Gbagbo connaitra un second miracle ivoirien, montrant ainsi ouvertement son parti pris flagrant. En effet, comment peut-on espérer que ce mode de gouvernance, caractérisé par les oppressions, les harcèlements, les emprisonnements arbitraires, les tortures, les expropriations, les occupations illicites de terrains de plantations et forêts sans oublier les assassinats ciblés, puissent conduire ce pays à un deuxième miracle. Il faut être aveugle et manifestement de mauvaise foi, pour affirmer que, dans cette insécurité totale, dans ce désordre inqualifiable, dans ce règne croissant de l’injustice du rattrapage ethnique, et sous cette terreur orchestrée par les FRCI et autres dozos fétichistes, cette CI peut prospérer jusqu’à réaliser un second miracle. N’est-ce pas là une autre façon de banaliser la misère des populations ivoiriennes qui assistent impuissants à une augmentation drastique des prix? Il faut rappeler qu’avant l’arrivée de cette Directrice Générale du FMI, Ouattara, pour obéir aux ordres des institutions de Bretton-Woods avait pris soin d’augmenter les prix du carburant et du gaz, des prix passant du simple au double pour certains produits. A qui profitent de telles augmentations ? Evidemment aux multinationales présentes dans les secteurs du gaz et du pétrole.

C’est donc pour féliciter Ouattara, qui va ainsi améliorer les intérêts de ces multinationales, que Lagarde est venue à Abidjan. Elle ne pouvait donc que le congratuler pour le travail accompli pour ses mandants et pour la mise en œuvre de ce nouveau plan d’ajustement structurel qui ne dit pas son nom. C’est pourquoi, il faut véritablement craindre une prochaine diminution des salaires. Ainsi seront annihilés tous les efforts faits par Gbagbo pour réduire la dette ivoirienne. Après deux ans de mauvaise gouvernance Ouattara, la dette ivoirienne est aujourd’hui parmi les plus colossales. Pire, cet endettement finance des surfacturations (travaux des universités facturés à 110milliards au lieu de 70milliards), des édifices détruits par la France et les mêmes hommes de Ouattara, des travaux confiés sans adjudication à des entreprises étrangères faisant penser à juste titre à des rémunérations pour aide et financement de la rébellion.

C’est pourquoi, malgré cet endettement élevé et ces pluies de milliards, les populations ivoiriennes tirent le diable par la queue. On en déduit aisément que ces pluies n’enrichissent que les bénéficiaires de la guerre de la France contre Gbagbo et les établissements financiers européens où sont logés leurs comptes bancaires. Aujourd’hui, se manifeste de plus en plus ouvertement la joie de ces sangsues de l’économie ivoirienne que sont les multinationales européennes et surtout françaises et les leaders du RDR qui peuvent se permettre de financer à coups de milliards des concerts de vedette américaine et des jeux de lumières macabres pour éblouir une population habituée a dormir dans les ténèbres et ensevelir des centaines d’innocentes personnes dans une fosse géante qui dit-on appartiendrait au petit gros. Pauvres ivoiriens !
Ces prêts qu’on peut assimiler valablement à des prêts usuriers n’ont pour objet que de contribuer à l’avilissement de l’économie des pays sous développés. En effet, depuis leur existence, l’histoire enseigne que le FMI et la BM n’ont jamais permis à un pays africain de sortir de la pauvreté mais plutôt de dépendre toujours de cet instrument du club de sadiques et voraces impérialistes occidentaux(CSVIO).

Que Madame Lagarde cesse de narguer les ivoiriens par ses satisfécits oiseux lancés à Ouattara, le dictateur installé à la tête de la CI, pour qui la Communauté Internationale proclame le bien comme mal et le mal comme bien. Elle ferait mieux de laisser les ivoiriens compter leurs milliers de morts, ces victimes de la guerre de Sarkozy et de ce groupement de mercenaires, de rebelles, de dozos, à la solde de la France et de la soi-disant Communauté Internationale. C’est sûrement mandatée par cette France et ce conglomérat nébuleux que C. Lagarde est revenue sur le lieu du crime. Et cela comme tout criminel, mais aussi pour encourager leur homme à persévérer dans ce travail de destruction de l’économie du pays que Gbagbo avait remise sur les rails.

NANWOULET G. Simone

Mon, 14 Jan 2013 18:59:00 +0100

0

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience possible sur notre site Web. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies.
Accepter
Refuser
Privacy Policy