décembre 8, 2022

Conflit de compétences / Escortes groupées sur l’axe Abidjan-Ouagadougou-Bamako : Guerre froide entre l’OIC et le Gacci

Photo : DR
C’est désormais en Côte d’Ivoire la fin du monopole dans le secteur du convoyage du fret dans les Ports d’Abidjan et de San-Pédro et des pays de l’Hinterland. Notamment le Burkina-Faso, le Niger et le Mali. Suite à un agrément du ministère du transport, un nouvel opérateur livre désormais une rude concurrence à l’Office Ivoirien des Chargeurs (OIC) investi de la prérogative de l’organisation des convois groupés et des escortes. Une prérogative qui prend fin officiellement en mars 2011. D’où les ressentiments des responsables de l’OIC et de ses alliés contre « la trahison » du ministère des transports pour avoir délivré une autorisation d’exercice au Gacci. Sans pleurer sur leur sort, les alliés de l’OIC se sont lancés dans la bataille. Première arme, l’intimidation. Les premiers convois estampillés Gacci sont bloqués, et les macarons Gacci déchirés systématiquement. Alors que l’on pensait la fièvre de cette adversité tombée, des partisans du Gacci viennent de leur côté de se trouver une arme : un scandale financier impliquant un proche de l’OIC. En l’occurrence Vafi Koné.

Les transporteurs Burkinabè accablent Koné Vafi de malversations
Avec pour meneurs, les chauffeurs routiers du Burkina Faso. Dans une déclaration dont nous avons obtenu copie, le président de l’union des routiers burkinabè, Francis Ilboudo menace de porter plainte pour malversations financières contre Vafi Koné, par ailleurs président de la Confédération des Syndicats des Conducteurs Routiers de l’Afrique de l’Ouest (Cscrao), section Côte d’Ivoire. Dans cette déclaration, Francis Ilboudo accuse Vafi Koné d’avoir gardé par devers lui plus de cent (100) millions de franc Cfa au titre des ristournes pour l’organisation des escortes groupées à destination du Mali et du Burkina Faso. En effet, en juin 2003, le mis en cause a signé une convention de partenariat avec l’OIC qui permettait au Cscrao de percevoir 40% des frais d’escortes des marchandises (120.000 F Cfa par véhicule escorté et par voyage en partance ou en provenance du Mali et du Burkina). « Vafi Koné a signé au nom de la Cscrao un protocole d’accord avec l’OIC qui lui permettait de percevoir sur chaque escorte 40 %. Mais, il n’a jamais révélé l’existence d’un tel contrat aux membres de la Cscrao. Par ces bisbilles, il est clair pour nous, que Vafi Koné a abusé de notre confiance et s’est enrichi sur le dos des routiers de l’Afrique de l’Ouest notamment ceux du Burkina Faso. Aussi, l’union des routiers Burkinabè qui se réjoui de l’avènement du Gacci qui met fin à l’arnaque de l’OIC et Vafi Koné, se réserve le droit d’engager dans les prochains jours une action judiciaire contre Vafi Koné pour malversations financières », précise la déclaration. Dans cette même déclaration, Ilboudo Francis félicite et encourage le directeur général du Port d’Abidjan M. Marcel Gossio et la communauté portuaire de Côte d’Ivoire pour les facilités qu’ils mettent actuellement à la disposition des routiers Burkinabè.

Avec le partenariat de L’Intelligent d’Abidjan / par M Tié Traoré

Tue, 04 May 2010 09:28:00 +0200

0

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience possible sur notre site Web. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies.
Accepter
Refuser
Privacy Policy