décembre 7, 2022

Transfert de Simone Gbagbo à la CPI : Le gouvernement poursuit ses réflexions

Le ministre de la Justice, des Droits de l’homme et des Libertés publiques, Mamadou Gnénéma Coulibaly, a déclaré lundi à Abidjan, que le gouvernent poursuivait sa réflexion sur la question du transfert de l’ex-première dame, Simone Gbagbo, à la Cour pénale internationale (CPI), à la Haye.

"Nous sommes en train de réfléchir sur la réponse à donner à la CPI”, a indiqué le ministre qui a animé une conférence de presse, soulignant que les enjeux du transfert de l’épouse de l’ex-président Laurent Gbagbo à la Haye sont "importants”.

"Soit, il s’agit de la sécurité de la personne concernée, soit il s’agit de la sécurité de l’ensemble du pays”, a dit Gnénéma Coulibaly, indiquant qu’il y a plusieurs objets dans la balance.

Le ministre ivoirien de la Justice s’est félicité du fonctionnement des juridictions ivoiriennes qui est ‘’aujourd’hui à un bon niveau”.

‘’Si son procès se passe en Côte d’Ivoire, elle (Simone Gbagbo) bénéficiera d’un procès équitable”, a déclaré Mamadou Gnénéma Coulibaly qui pense que personne n’en voudra pas à Mme Gbagbo "pour ne pas appliquer la loi dans sa rigueur”.

"Quand la réflexion prend du temps, elle se bonifie”, a-t-il ajouté.

Le ministre de la Justice, des Droits de l’homme et des Libertés publiques a, par ailleurs, dit attendre des preuves, suite à la publication d’un rapport d’experts de l’ONU accusant des responsables militaires anciennement membres des ex-Forces nouvelles de se livrer au pillage de certaines ressources du pays.

"Si l’ONU constate qu’il y a des preuves contre des personnes qui seraient impliquées dans des trafics, nous ne sommes que disposés à recevoir ces preuves et à mener des investigations", a-t-il affirmé, ajoutant que le gouvernement n’est opposé aux dénonciations portant atteinte aux droits de l’homme et à la bonne gouvernance.

"Le gouvernement ne protège personne et ne protégera pas quelqu’un qui vole. Si on nous dit celui-là a volé et voici les preuves, nous le poursuivrons", a-t-il laissé entendre.

Un rapport d’experts des Nations unies accuse d’anciens chefs militaires de l’ex-rébellion, aujourd’hui occupant à des postes de responsabilité au sein des Forces républicaines de Côte d’Ivoire de continuer à piller des ressources du pays malgré leurs nouvelles fonctions.

Ces pillages, notamment du cacao, leur rapporteraient des centaines de millions de dollars, rappelle-t-on.

AIP

Tue, 30 Apr 2013 02:08:00 +0200

0

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience possible sur notre site Web. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies.
Accepter
Refuser
Privacy Policy