mai 18, 2022

Tchundjang Pouemi, l’Africain qui démissionna du FMI

Après ses études primaires et secondaires dans son Cameroun natal, Tchundjang débarque à l’université de Clermont-Ferrand. Il y décroche le doctorat en sciences économiques en 1968. Le titre de sa thèse est “Les critères de choix des projets d’investissement en pays sous-développés par les organismes internationaux, fondements théoriques et problèmes d’application”. 

Rentré au Cameroun, Tchundjang enseigne à la Faculté de Droit et des sciences économiques de l’Université fédérale du Cameroun tout en dirigeant la fondation Carnegie qui donnera naissance à l’Institut des relations internationales du Cameroun (IRIC). En 1971, il est le premier Camerounais admis à l’agrégation de droit et des sciences économiques. De 1973 à 1975, il est chef de département des sciences économiques. En même temps, il assure la direction de l’Institut d’administration des entreprises. En 1975, il intègre l’Université d’Abidjan dont il dirige le département d’Économie. Il est bon de savoir que Houphouët avait pris des mesures pour rendre le métier d’enseignant plus attrayant et que son but, en agissant de la sorte, était de faire comme aux États-Unis, c’est-à-dire attirer les cerveaux africains en Côte d’Ivoire. Fabien Eboussi Boulaga (Cameroun) et Elungu Pene Elungu (ex-Zaïre) font partie des cerveaux africains qui enseignèrent quelque temps à l’Université d’Abidjan. Comme économiste en chef, Tchundjang participe aux travaux et études du Bureau national d’études techniques (BNET). Ses interventions sur les questions monétaires sont fort appréciées. 

En 1977, il rejoint le Fonds monétaire international (FMI) à Washington. Il en démissionne deux années plus tard parce qu’il était en désaccord avec les prescriptions économiques et monétaires du FMI. Tchundjang appellera d’ailleurs le FMI le Fonds de misère instantanée parce que les programmes d’ajustement structurel (PAS), partout où ils furent appliqués, ne laissèrent derrière eux que souffrance, misère et pauvreté. Or plus un pays s’appauvrit, moins il est capable de prendre en charge la santé et l’éducation de ses populations, et plus il abandonne les clés de sa souveraineté entre les mains de ceux qui lui ont conseillé de passer sous les fourches caudines du FMI. 

En 1979, Tchundjang retourne au Cameroun. Au Centre universitaire de Douala qui vient d’être créé, il occupe les fonctions de professeur des techniques quantitatives à l’École supérieure des sciences économiques et commerciales et de chef de département d’analyse de données et de traitement de l’information. Le 22 août 1983, il est nommé Directeur général du Centre Universitaire de Douala, fonction qu’il assume jusqu’en août 1984. L’université de Yaoundé a besoin de lui à la rentrée académique 1984-1985. Malheureusement, Tchundjang meurt brutalement, le 27 décembre 1984. Il n’avait que 47 ans. Beaucoup pensent qu’il a été éliminé. Mais par qui et pourquoi ? Quels intérêts dérangeait-il ? Un nègre jaloux, cupide et indigne a-t-il accepté la sale besogne de le faire passer de vie à trépas ? Tout cela reste aussi mystérieux que l’assassinat d’Engelbert Mveng et d’autres illustres fils du Cameroun. 

Ahmadou Ahidjo et Houphouët-Boigny lui proposèrent d’entrer dans leurs gouvernements mais Tchundjang refusa parce qu’il n’était intéressé ni par le matériel ni par les honneurs (marcher sur le tapis rouge, avoir des gardes du corps, voyager en première classe, etc.), parce qu’il voyait comme une perte de temps le fait de travailler avec des chefs d’État qui n’ont pas les coudées franches et qui sont en permanence contrôlés par Paris. Et puis, Tchundjang n’avait pas sa langue dans sa poche, à en croire veuve Thérèse Semi Bi-Zan qui le côtoya quand il était à Abidjan. Or, disait Jean-Pierre Chevènement, ancien ministre de François Mitterrand, “un ministre, ça ferme sa gueule. Si ça veut l’ouvrir, ça démissionne”. Tchundjang n’aurait pas tenu longtemps dans un gouvernement dirigé par un sous-préfet de la France. Ce qui l’intéressait, c’était comment faire pour que l’Afrique soit autonome, pour que les Africains soient maîtres chez eux et respectés à l’extérieur. Son combat, c’était d’agir pour permettre à l’Afrique d’avoir sa propre monnaie, qui est une expression de souveraineté, car celui qui fabrique votre monnaie, contrôle votre économie.

Tchundjang est l’auteur de quelques études (“Microéconomie appliquée”, Faculté de Droit et des Sciences économiques de Yaoundé, 1974; “Monnaie et indépendance nationale”, BENET / Ministère du plan, Abidjan, 1977; “Le système bancaire et le financement de l’économie ivoirienne”, BENET / Ministère du plan, Abidjan, 1977) et d’un ouvrage majeur : “Monnaie, Servitude et Liberté. La répression monétaire de l’Afrique” (Paris, Édition Jeune Afrique, 1980). C’est un livre qui attaque frontalement la vassalisation de l’Afrique par la France par le biais du franc CFA. Il y défend les idées suivantes : 1) L’Afrique doit accorder aux questions monétaires l’attention qu’elles méritent; 2) La monnaie doit cesser d’être l’affaire d’un petit groupe de spécialistes qui jouent aux magiciens; 3) Il n’est pas normal que le Trésor public français soit placé au-dessus de la BCEAO et de la BEAC. Certains universitaires camerounais, on ne sait pourquoi, feront disparaître l’ouvrage pendant de nombreuses années. C’est en 2000 que le livre sera réédité par Ménaibuc, une maison d’édition basée à Paris. 

Les partisans de Dramane Ouattara aiment répéter ad nauseam que leur champion a travaillé au FMI. Ce qu’ils ne savent pas, c’est que Tchundjang y fit ses preuves avant Ouattara et qu’il eut le courage d’en démissionner quand il s’aperçut que les PAS faisaient plus de mal que de bien aux pays africains. Un carriériste accepte n’importe quoi, est prêt à aliéner sa liberté et sa dignité, ne recule devant aucune compromission, pour monter en grade. Tchundjang n’était pas carriériste. Ça, c’est la première différence entre lui et Ouattara. La seconde différence, c’est que personne n’a vu un ouvrage ni un article de Ouattara en économie alors que les Tchundjang Pouemi et Martial Ze Belinga (Cameroun), Nicolas Agbohou et Mamadou Koulibaly (Côte d’Ivoire), Kako Nubukpo (Togo), Sally N’Dongo (Sénégal) et d’autres ont fait des publications qui dénoncent le franc CFA et soutiennent que “le sort de l’Afrique ne se joue ni à Montpellier ni dans des salons obscurs de France, mais dans les têtes des Africains, en Afrique” (Célestin Monga). Ce qui sépare enfin Tchundjang et Ouattara, c’est que le premier militait pour qu’une monnaie soit créée et contrôlée par les Africains tandis que le second y est farouchement opposé.

Tchundjang fait partie des héros africains, non parce qu’il serait irréprochable, mais parce qu’il a incarné de façon intense et radicale la fidélité à l’Afrique, la résistance, le refus de courber l’échine devant les soi-disant maîtres du monde, le sens de la justice.

La vie de ce grand homme porte au moins 2 enseignements: 1) du moment qu’on n’est pas d’accord avec un système qui nuit à l’Afrique, on devrait le quitter; 2) Ce que l’on retiendra de vous, ce n’est ni ce que vous avez apporté à votre famille ni les biens matériels amassés (argent, voitures, maisons, titres et parchemins) mais ce que vous avez fait pour votre pays et continent. 

Jean-Claude DJÉRÉKÉ

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience possible sur notre site Web. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies.
Accepter
Refuser
Privacy Policy