novembre 27, 2022

Paris : On “libère” en Zouglou au King Paradise

A l’instar de leurs confrères évoluant en Côte d’Ivoire, les artistes ivoiriens de France animent tous les dimanches, une soirée dédiée au Zouglou et aux musiques urbaines ivoiriennes.
Le dimanche 2 mai 2010 au KING PARADISE, sis au 8 chemin des vignes ( 93-Pantin), près de Paris, ils ont une fois de plus pris rendez-vous avec les noctambules franciliens. Une occasion pour Manou Lélé et Bouabré Julien accompagnés d’une pléiade d’artistes de la toute dernière vague du Zouglou (Charly yuka, Bebel, Oxygène, les Gbahers, Paché Nexane, Pado Succès…) de démontrer leur talent de chantre du Zouglou. De 22h au petit matin, ils ont gratifié le public parisien d’un show inoubliable. Passant en revue tout le répertoire zougloutique des années 90 à nos jours. Le tout dans une sauce pure woyo et bien entendu, en live, s’il vous plaît ! S
Si à Abidjan, où se tenait un festival Zouglou au même moment, l’on a vu défiler sur le podium plusieurs « has been » de ce rythme, désormais Marque déposée made in Côte d’Ivoire , les artistes zouglou vivant à Paris eux, avaient le soutien fort remarqué de leurs confrères pratiquant d’ autres rythmes. Un vrai cocktail. Ainsi Julien Goualo, l’homme aux trois "antennes paraboliques", Bleckiss dit Rambo, Dj Petit mouton, Dj Jacob, Djackiss, les Wahi et Nash n’ont pas voulu se faire conter l’histoire. Car au commencement de la musique exportable pur produit ivoirien, était le zouglou. Et ce n’est pas le groupe Magic System qui dira le contraire. Pour tout dire, à "Bingué" on "djossi" dur mais on libère aussi en zouglou.

Par Philippe Kouhon

Wed, 05 May 2010 12:30:00 +0200

0

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience possible sur notre site Web. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies.
Accepter
Refuser
Privacy Policy