décembre 9, 2022

Un communiqué de Mediapart, de Fabrice Arfi, Karl Laske et Edwy Plenel

Nous apprenons avec stupéfaction que Monsieur Nicolas Sarkozy aurait déposé plainte contre nous en saisissant le Procureur de la République de Paris d’une plainte visant des faits de faux et usage de faux, recel et diffusion de fausses nouvelles. Cette démarche exceptionnelle vise à contourner la procédure spéciale prévue par la loi sur la presse. On le comprend mieux ainsi. Une procédure du chef de diffamation aurait exigé un débat public devant le Tribunal correctionnel ainsi que la production des preuves et des témoins, ce que, manifestement, M. Nicolas Sarkozy ne veut pas.

Il a préféré, avec le concours du Procureur de la République, placé sous son autorité, faire le choix d’une procédure secrète, à l’abri, qui vise à intimider les journalistes dans l’exercice de leur mission constitutionnelle d’information du public.
Les citoyens apprécieront la rapidité avec laquelle le ministère public aura prêté son concours pour ouvrir une enquête préliminaire sur des faits intéressant ès qualités le candidat à l’élection présidentielle en 2007 alors qu’il s’obstine depuis des mois, malgré l’ampleur de nos révélations répétées, à refuser d’enquêter sur un possible financement illicite de la campagne présidentielle de M. Nicolas Sarkozy en 2007.

Il s’agit d’un processus rigoureusement identique à celui que nous avons connu dans l’affaire Bettencourt. Au passage, une telle procédure permet de contourner la loi protégeant le secret des sources des journalistes. Ces procédés portent la marque du régime.
Nous réaffirmons avoir effectué un travail sérieux, en toute indépendance et avoir respecté nos obligations déontologiques.
Aucune procédure, ni aucune manœuvre, ne nous empêchera de contribuer au débat public par la publication d’informations au cœur du fonctionnement de notre démocratie.

Ni la communauté professionnelle des journalistes ni l’ensemble des citoyens ne peuvent accepter pareille mise en cause de la presse et de ce qu’elle révèle.

Paris, lundi 30 avril 2012

Les 5 commentaires les plus recommandés des internautes français :

01/05/2012, 09:41 par Thierry PELTIER

Amis de Médiapart, nous sommes avec vous. L’attitude de Sarkozy à votre égard est celle du vieux fauve qui, voyant sa mort venir, s’attaque une dernière fois à ses congénaires… "Le 6 mai, on s’y met …on lâche rien" dit le Front de Gauche. Si Sarko est renversé, c’est lui qui sera traîné dans les tribunaux pour tant et tant d’abus de pouvoir…

01/05/2012, 09:36 par Flore Stuby

Vous n’avez décidemment rien compris : cette procédure est digne d’un régime voyou avec la Justice à sa botte . Plus que 5 jours…peut-être. Si non, comme d’autres je serai dans la rue pour manifester.

01/05/2012, 09:45 par Stephane6

Tout mon soutien face à cette attaque du pouvoir en place, et à l’incompétence (pour ne pas dire la compromission) des prétendus "journalistes" télévisés qui font ce qu’il faut pour amoindrir l’impact de vos enquêtes.
Sarkozy on le sait, est capable de mentir avec une très grande conviction.
Espérons que les Français parviendront à s’en débarrasser par leur vote de Dimanche prochain.
Je profite de ce message, pour appeler à aller voter Hollande.

01/05/2012, 09:41 par Julien37

Ce pouvoir est de plus en plus inquiétant.

Honte à ceux qui constatent jour après jour les attaques multipliées contre la démocratie, à travers les attaques contre les journalistes, les élus locaux, la justice, contre l’unité nationale comme l’illustre la critique des corps intermédiaires, des français d’origine immigré, des chômeurs…

Honte à tout ceux là qui perçoivent très bien l’énorme danger de ce pouvoir qui se manifeste autant par les discours que par les actes, et qui tant qu’ils ne sont pas touchés directement le soutiennent ou ne s’élèvent pas contre lui.
Ce pouvoir s’attaque à tout ceux qui lui apportent la contradiction, à tout ceux qui ne s’agenouille pas devant le prince et ne rigole pas de ses merveilleuses plaisanteries et à tout ceux dont il est électoralement profitable de s’attaquer. Attention au matin brun..

01/05/2012, 12:08 par Edwy Plenel

Cher tous, contrairement à ce qui est insinué ci-dessus par un lecteur, Mediapart ne craint aucun procès et serait ravi de défendre, au grand jour, devant la justice son enquête, de présenter ses preuves, de citer ses témoins. C’est ce que prévoit le droit de la presse, sa jurisprudence comme sa procédure: une confrontation publique, à la loyale, dans le respect du contradictoire.

Là, nous sommes totalement hors les clous – ou plutôt hors la loi. La procédure choisie ne respecte pas le droit de la presse: elle est secrète, policière, diligentée dans l’urgence par un parquet aux ordres du pouvoir exécutif sur la base de la plainte d’un particulier, Nicolas Sarkozy. De plus, dans la logique de ses probables investigations policières, elle est violatoire du secret des sources. Tous les spécialistes des affaires de presse que nous avons sollicités confirment que c’est une procédure sans précédent, qui n’est pas seulement attentatoire au droit de la presse mais aux libertés fondamentales.

Nous ne pouvons donc pas la cautionner. A l’inverse, nous sommes disponibles pour un procès public équitable où nous apporterons tous les éléments de notre enquête qui dure depuis dix mois sur le secret libyen de Nicolas Sarkozy.

01 Mai 2012 Par La rédaction de Mediapart

Thu, 03 May 2012 11:55:00 +0200

0

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience possible sur notre site Web. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies.
Accepter
Refuser
Privacy Policy